fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Mercredi 10 aout 2022

Pensée : Par sa mort à la croix, notre seigneur a anéanti la puissance du diable. Il a dépouillé les puissances des ténèbres. Ceux qui régnaient sur nous pour nous faire accomplir leurs desseins sombres sont sous nos pieds. Nous n’avons pas à nous soumettre au péché, puisque nous avons en nous la vie de Dieu. Le Saint-Esprit nous libère et nous accorde la grâce de faire de même envers ceux qui nous font du tort. Celui qui prend plaisir à pardonner

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

1 Jean 2 :1-2; LSG

1 Mes petits-enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. 2 Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. »

1 Jean 2:1-2; LSG

Pécher : hamartánō – est régulièrement utilisé dans l’Antiquité pour désigner un archer manquant la cible (Homère, Aesch., etc.). Étant donné que pour nous la marque ou la cible est définie par la Parole de Dieu, toute décision ou action faite en dehors des Écritures est un péché. Ce qui est fait sans conviction (en dehors de la foi) n’atteint pas la marque (la cible).

Jean le disciple du Seigneur maintenant avancé en âge écrit probablement à partir d’Éphèse aux églises de la province romaine d’Asie (Turquie actuelle) – c’est du moins ce que dit Clément d’Alexandrie.

C’est aussi par sa main que le Seigneur adressera des lettres à sept églises de cette province – voir les premiers chapitres du livre de l’Apocalypse.

Il les appelle affectueusement « mes petits-enfants » parce qu’il a travaillé dans plusieurs de ces églises.

Alors que les gnostiques par leurs enseignements font la promotion du libertinage et rejettent toute contrainte morale, le serviteur du Seigneur rappelle aux saints que nous avons été appelés hors du monde. Nous ne pouvons pas nous laisser aller à satisfaire tous les désirs de la chair.

Celui qui est né de Dieu, a reçu la nature de Dieu. Il est libre de la domination de la mort et du péché. Puisque Jésus-Christ a payé le prix par son acte d’obéissance, nous sommes passés du règne de la mort et du péché à celui de la grâce et de la vie de Dieu. La justice que nous avons par Jésus nous donne la force nécessaire pour résister au péché.

Autrefois nous n’avions de force contre le péché – nous étions entrainés malgré nous dans l’orgueil, dans la vanité, dans toutes formes de mondanité, dans la séduction, dans les impuretés sexuelles, dans les addictions. Nous ne pouvions nous arrêter parce que c’était plus fort que nous. Nous étions sans force. Dans bien des cas, nous ne pensions pas faire quelque chose de répréhensible soit envers Dieu soit envers notre prochain.

Ayant entendu la bonne nouvelle de l’Évangile de Christ, et la victoire de la croix, nous avons mis notre confiance en Lui pour notre libération. Le Père a changé notre nature en sortes que nous sommes maintenant attirés par ce qui est en haut là où se trouve notre Père. Et nous avons appris à détester le péché qui est la manifestation de l’image et de la gloire du diable.

Si l’apôtre écrit sur ce sujet c’est parce que bien que nous sommes devenus une nouvelle création, le risque de retourner à notre vomi demeure. Satan, tel un lion rugissant, continue de rôder – lui qui n’a pas encore été enchainé. Il rôde pour créer ou pour trouver des failles. Il fera usage des accès que nous lui offrons pour nous nuire.

Celui qui avait réclamé le droit de passer aux cribles les disciples du Seigneur cherche continuellement le moyen de nous faire tomber. Veillons et prions afin de ne pas tomber dans ses pièges. C’est celui qui est enraciné et fondé dans la parole de Dieu qui résistera aux vents et à la pluie qui viennent.

Chacun de nous sera testé; et encore testé. Le Saint-Esprit nous prépare afin que nous appliquions la victoire de la croix dans chaque situation. Nous sommes plus que vainqueurs. Nous sommes un ESPRIT avec notre Seigneur. C’est en gardant sa parole devant nos yeux que nous vaincrons.

Si nous péchons, nous avons un avocat auprès du Père.

Ceci n’est pas une invitation au libertinage. Compte tenu de ce que le péché est, la manifestation de l’image et de la gloire de Satan, celui qui est né de Dieu, ne prend pas plaisir à pêcher. S’il arrive que nous manquions le but, Jésus se tient auprès du Père pour nous défendre.

Une repentance sincère est nécessaire pour recevoir le pardon et la libération que Jésus donne.

Celui qui a dit à Pierre de pardonner tout le temps à celui qui requiert notre pardon pardonnera à celui qui demande de tout son cœur. Il ne désire pas la mort du pécheur.

Sauf le péché contre le Saint-Esprit, tout péché peut être pardonné par Jésus. Le sorcier qui a décimé toute sa famille peut recevoir le pardon. Le voleur, le meurtrier, la prostituée, le violeur – personne n’est exclu de la grâce abondante de notre Dieu. Il est important de nous souvenir de ce que le Père ne désire pas la mort du pécheur, nous ne pas pécher en condamnant hâtivement les gens qui sont tombés. Le Père ne désespère pas de les voir libres des chaines qui les empêchent d’être à l’image et à la ressemblance de Dieu. Il a besoin de nous pour prier pour ceux qui sont encore prisonniers du diable.

Lorsque nous prions pour nos ennemis et que nous les bénissons au nom de notre Dieu, nous ouvrons les portes du ciel dans leur vie. Nous détruirons les œuvres du diable pour planter et établir celles de notre Dieu.

Pour ce qui est du pardon de ceux qui nous ont offensés, les Écritures enseignent que c’est premièrement à nous que nous rendons service lorsque nous relâchons le pêcheur. Lorsque notre démarche est profonde et sincère, nous enlevons au diable toute possibilité de limiter nos vies. Le pardon est donc une question d’obéissance à Dieu qui ordonne de procéder ainsi pour sa gloire et pour notre bien. Lorsque nous faisons du bien à celui qui nous a fait du mal, nous allumons sur sa tête un feu. Nous cédons le passage au Saint-Esprit afin qu’il agisse avec puissance. Le pardon est donc une puissance qui libère.

Devoir 

Suivre Jésus
  • Lire Romains 6 :13-14
  • Lire Luc 22 :31-32
  • Lire Matthieu 18 :15-18
  • Lire Matthieu 18 :23-32
  • Lire Romains 12 :14-21

Requêtes

Père, au nom de Jésus, je veux apprendre à marcher par l’amour que tu as déversé dans mon cœur. Je veux par el Saint-Esprit manifester ton image et ta gloire. Merci de ton soutien.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW