fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Mardi 11 octobre 2022

Pensée: Le prophète Jonas choisit de désobéir à un ordre formel de Yahweh. Il décide en lui-même de ne pas obéir et il coupe la communion afin de ne pas entendre lorsque Dieu parlerait. Il pense aller le plus loin possible de Jérusalem. Nous sommes parfois comme Jonas. Nous pensons que Dieu est incapable de nous poursuivre là où nous allons. Nous pesons qu’il y a un lieu où il ne voit pas ce que nous faisons. Nous ne comprenons pas très bien ce que veut dire « Seigneur ». Nous désirons faire notre volonté au lieu de rechercher la sienne. Nous ignorons que notre bonheur l’objectif de chaque commandement qu’il nous donne. Puissions-nous grandir, ouvrir les yeux et les oreilles, pour voir et pour entendre. Nos vies auront certainement un plus grand impact si nous apprenons à le suivre. Il est Dieu.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Introduction au livre de Jonas

Le prophète Jonas est fils d’Amitthaï, de Gath-Hépher. Il exerce son ministère vers 760 avant Jésus-Christ dans le royaume d’Israël dirigé par le roi Jéroboam, fils de Joas – encore appelé Jéroboan II. Ce Jéroboam n’est pas à confondre avec le premier roi du royaume d’Isaraël (les dix tribus du nord) qui s’appelait Jéroboam, fils de Nebath.

Poussé par l’Esprit de Dieu, le prophète Jonas annoncera la reconquête des territoires qu’Israël avait perdus à cause de sa désobéissance. Il refusera d’aller en mission à Ninive, capitale de l’Empire d’Assyrie, puissance dominante d’alors parce qu’il désirait voir le jugement de Dieu s’abattre sur les ennemis d’Israël.

Contraint par l’Éternel qui est miséricordieux et qui ne désire pas la mort des pécheurs, il ira malgré lui porter le message dans la grande ville. Tous se repentiront à commencer par le roi et toute sa cour jusqu’aux animaux. La tournure des évènements déplaira Jonas qui voulait voir le jugement de Dieu s’abattre sur les Ninivites.

La leçon à retenir c’est que Yahweh est le créateur de tous les hommes. Il les aime tous. Il se préoccupe même de ceux qui sont aujourd’hui dans l’ignorance et les ténèbres.

Allons leur porter la bonne nouvelle du salut en Jésus. Il est Celui qui se réjouit de la brebis perdue qui est retrouvée. Il est le Dieu qui met à contribution même les animaux pour atteindre ses objectifs. Toute la création proclame sa gloire. Personne ne peut échapper son contrôle.

Note : Jonas signifie colombe

Étude

Jonas 1 :1-3; LSG

« 1 La parole de l’Éternel fut adressée à Jonas, fils d’Amitthaï, en ces mots: 2 Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle! car sa méchanceté est montée jusqu’à moi. 3 Et Jonas se leva pour s’enfuir à Tarsis, loin de la face de l’Éternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis; il paya le prix du transport, et s’embarqua pour aller avec les passagers à Tarsis, loin de la face de l’Éternel.»

Jonas 1:1-3; LSG

En tant que Créateur du ciel et de la terre, l’Éternel observe, mesure, pèse et enregistre les actions des nations et des hommes. Il est aussi Celui qui a fixé un jour où il appelle en jugement chacun. C’est l’accumulation de nos péchés devant sa face qui hâte la venue du jugement – Le Saint-Esprit aime utiliser des expressions similaires à celle qui suit pour signifier que la coupe est pleine: « sa méchanceté est montée jusqu’à moi ».

Il est important de remarquer que la miséricorde avertit toujours le pécheur et l’appelle à la repentance. Il se sert de ceux qui connaissent ses voies pour parler de sa part aux autres qui ne le connaissent pas encore.

Ninive la capitale de l’empire d’Assyrie se trouve géographiquement au nord-est d’Israël; au nord du royaume de Babylone qui est une moindre puissance.

Le prophète prend la décision surprenante de désobéir à un ordre formel de son Dieu. Au lieu de partir dans la direction indiquée, il descend de Gath-hepher sa ville (qui est légèrement au nord de Jérusalem) pour Japho (Japha, Joppé) une ville portuaire à l’ouest – pratiquement à égale distance de Gath-hepher et Jérusalem. De là, il prend un bateau en direction de Tarsis – cette autre ville portuaire est complètement à l’opposé de Ninive – elle est à l’Ouest au-delà de la mer Méditerranée. Quelques commentateurs la placent au sud de l’Espagne.

N’est-ce pas étonnant ce qui se passe avec le prophète Jonas qui connaissait bien l’Éternel, lui qui avait prophétisé la reconquête par Jéroboam II des territoires perdus par le royaume du Nord (le royaume d’Israël) ?

Ceux qui ont goûté et qui ont trouvé que l’Éternel est bon aiment sa présence; et ils ne veulent pas la quitter.  Au contraire, ils recherchent continuellement sa face. Ce qui est surprenant c’est que le prophète de Dieu, fuit loin de la face de Yahweh. Il ferme la porte à toute discussion avec l’Éternel parce qu’il a décidé de ne pas obéir à un ordre qu’il trouve à l’avantage des ennemis d’Israël. Il préfère les voir périr dans l’idolâtrie multiforme qui caractérise la civilisation de la première puissance du monde d’alors.

Les expressions « face à face », « bouche à bouche » dans l’Ancien Testament, expriment l’intimité. L’Éternel par exemple parlait face à face, et bouche à bouche avec Abraham et surtout Moïse. Ces deux serviteurs de Dieu aimaient sa présence. Lorsque l’homme a résolu dans son cœur de ne pas obéir au Saint-Esprit, il sera conduit même inconsciemment à fuir la présence de Dieu; Il essayera de fermer les oreilles pour ne pas entendre ce que le Père dit.

Ceci me rappelle une histoire drôle que mon épouse et moi avons vécue lorsque nous étions à Strasbourg en France. Nous fréquentions l’Église Évangélique Baptiste de la Meinau.

Le Seigneur nous parlait de l’importance de l’immersion dans l’eau. Et nous n’étions pas pressés d’obéir pour toutes sortes de raisons. Un certain dimanche nous décidâmes d’aller dans une autre église pour faire le culte parce qu’il y avait des baptêmes dans notre église.

Notre prétexte était de changer un peu d’air. Quelle ne fût pas notre surprise lorsqu’en plein milieu de culte dans l’autre église on annonça des baptêmes qui devait se faire de matin-là. La miséricorde de Dieu nous avait suivis même dans le sentier de la rébellion où nous pensions pouvoir marcher.

Ce matin-là, nous avons compris une fois pour tout le message. Nous ne pouvions pas fuir ce qui s’imposait à nous comme la vérité. Les études que nous avions faites confirmaient également qu’elle était la volonté de Dieu sur cette question sur laquelle nous méditions depuis plusieurs mois.

Quelle parole avons-nous reçue de la part de l’Esprit de Dieu ? Qu’attendons-nous pour obéir ? Si nous fuyons sa présence, si nous refusons la confrontation avec la vérité c’est que nous combattons les desseins de Dieu dans notre vie.

Jonas pensait que les ennemis de Dieu méritaient de mourir dans leurs péchés. Il connaissait assez bien les voies de Dieu, mais il avait choisi de faire comme bon lui semblait. Quelles sont nos motivations à mettre en oubli les ordres de notre Dieu ? Comment pouvons-nous l’appeler Seigneur, Seigneur, si nous ne faisons ce qu’il dit ?

À Strasbourg, sa miséricorde nous a rattrapés. Par sa grâce, nous avons cessé de nous voiler la face et de nous boucher les oreilles. Si nous voulons le meilleur de Dieu; si nous aspirons à ses plus grandes et ses plus précieuses promesses, il va falloir que nous cédions. C’est Lui qui est Dieu. Nous sommes ses créatures. C’est Lui qui dirige. Nous suivons. Comme le peuple au désert suivait la nuée pendant la journée et la colonne de feu pendant la nuit. Nous suivons l’Esprit de Dieu. Il nous amène dans toujours plus de lumière.

S’il nous envoie parlait d’amour et de repentance à notre pire ennemi, faisons-le. Car notre Dieu n’en désire pas la mort du pêcheur. Les hommes agissent d’une certaine manière parce qu’ils sont aveuglés – ils ne savent pas distinguer la gauche de la droite. Ils peuvent avoir tout ce que le monde recherche et ne pas connaître les réalités spirituelles. Ils agiront dans ce domaine comme des aveugles, comme des enfants. Le Père a besoin de nous pour les amener à la vie.

La soumission à Dieu est bénéfique pour nous d’abord. Car nous entrons dans les choses profondes de Dieu en marchant dans l’obéissance. Elle est bénéfique pour les autres vers qui il nous envoie. Tâchons de faire sa volonté afin que sa vie inonde nos vies et le monde.

Devoir 

Suivre Jésus
  • Lire 2 Rois 14 :23-27
  • Lire Nombres 12 :6-8
  • Lire Psaume 58 :4-5; Matthieu 13 :14-15
  • Lire Psaume 40 :6; 55 :3;
  • Lire Proverbes 18 :15
  • Lire Actes 7 :51
  • Décidons d’ouvrir les yeux pour voir et les oreilles pour entendre; recherchons inlassablement sa face. Il est notre Source.

Requêtes

Père, au nom de Jésus, apprends-moi la puissance de l’obéissance. Je veux vivre dans la communion avec toi.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW