fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Vendredi 6 mai 2022

Pensée : Jésus-Christ est le pain qui descend du ciel. Ce n’est pas vers le monde que nous devons nous tourner pour nos besoins. Dieu est notre Père. Il est Jéhovah Jireh (L’Éternel qui pourvoit). Plus que le manger et le boire, il veut se donner à tout homme. Car la vie vaut mieux que les choses périssables. Nous venons de l’éternité. Puissions-nous vivre avec la perspective du ciel. Si notre focus est le monde, nous n’avons pas compris pourquoi Jésus est mort à la croix. Nous suivons les traces de Jésus. Nous faisons ce que nous voyons faire au Père. Nous détruisons les œuvres du diable et nous établissons la justice de notre Dieu. Gloire à Dieu.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Jean 6 :22-34; LSG

« 22 La foule qui était restée de l’autre côté de la mer avait remarqué qu’il ne se trouvait là qu’une seule barque, et que Jésus n’était pas monté dans cette barque avec ses disciples, mais qu’ils étaient partis seuls. 23 Le lendemain, comme d’autres barques étaient arrivées de Tibériade près du lieu où ils avaient mangé le pain après que le Seigneur eut rendu grâces, 24 les gens de la foule, ayant vu que ni Jésus ni ses disciples n’étaient là, montèrent eux-mêmes dans ces barques et allèrent à Capernaüm à la recherche de Jésus. 25 Et l’ayant trouvé au-delà de la mer, ils lui dirent: Rabbi, quand es-tu venu ici? »

Jean 6:22-25; LSG

Plusieurs témoins avaient vu les disciples partir de Tibériade à bord de la seule barque qui se trouvait au bord du fleuve ce soir-là. Jésus n’était pas allé avec eux. Par quel moyen s’était-il donc rendu à Capernaüm ?

Il s’est rendu à Capernaüm en marchant sur les eaux sur environs 4,5 km à 5,5 km. C’est la distance qu’avaient parcourue les disciples en pleine tempête lorsque Jésus les avait rejoints en mer. Ensuite, ils furent miraculeusement transportés par le Saint-Esprit.  Ces choses nous étonnent grandement parce que nous sommes trop conscients des limitations de la vieille nature ou de l’homme adamique. Quelque chose qui est encore plus étonnant et excitant c’est le fait que Jésus dit que celui qui croit en Lui verra le Saint-Esprit glorifier Dieu dans sa vie, de la même manière qu’il l’a fait dans la vie de Jésus (Jean 14 :12).

« 26 Jésus leur répondit: En vérité, en vérité, je vous le dis, vous me cherchez, non parce que vous avez vu des miracles, mais parce que vous avez mangé des pains et que vous avez été rassasiés. »

Jean 6:26; LSG

Le Père cherche continuellement des voies et moyens pour libérer les hommes de la mort et du péché; et pour leur donner la vie. Il fait lever son soleil sur tous les hommes, il protège leurs vies du danger, il pourvoit la nourriture et les vêtements, il met dans le cœur le désir de le connaître comme Dieu. Il fait toutes ces choses et bien d’autres pour nous donner le plus grand don qu’il possède : sa propre vie. Il veut faire de nous ses enfants, ses amis, ses partenaires dans l’œuvre qu’il accomplit dans le monde.

Comme la foule qui cherchait Jésus, parfois nous ne sommes intéressés que par les choses que nous pouvons recevoir de Lui. Et nous manquons de comprendre qu’il désire se donner à nous. Ce miracle est possible lorsqu’il possède notre cœur. Il veut nous voir passer de la mort à la vie. Il veut nous voir exécuter les plans qu’il a préparés d’avance pour nous.

Si nous apprenons à nous focaliser sur Jésus pour le mettre en premier, toutes les autres choses s’arrangeront par la puissance du Saint-Esprit. Voilà pourquoi il nous commande de rechercher premièrement le royaume et la justice de Dieu. Et les choses après lesquelles le monde court, viendront à nous sans effort.

« 27 Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. »

Jean 6:27; LSG

Il n’y a que deux possibilités : soit nos vies sont centrées sur le monde et la gloire qui vient du monde, soit nos vies sont centrées sur le royaume de Dieu et la gloire qui vient de Dieu. Jésus a parlé de ces alternatives en utilisant l’image de la voie large et celle du chemin resserré.

La foule était naturelle dans ses pensées. Ils avaient mangé et s’étaient rassasiés. Ils n’avaient rien vu d’autre. Ils n’avaient entendu l’appel à la repentance que le Saint-Esprit envoie à toute personne qui est témoin de l’intervention de Dieu dans l’histoire des hommes. L’aveuglement spirituel maintient des foules dans les ténèbres. Chaque jour qui passe rapproche ceux qui marchent dans la voie large de la fin terrible qui est l’enfer. Et ils n’en sont pas conscients. Tout ce qui les intéresse, c’est manger, boire, accumuler, faire la fête. Ils peuvent applaudir les miracles faits par le Saint-Esprit, mais ils ne se repentiront pas parce qu’ils sont préoccupés par l’assouvissement de leurs désirs mondains. Celui qui travaille seulement pour ce monde est bien malheureux. Tout ce qu’il fait, sera détruit.

Jésus nous invite à travailler pour la nourriture qui subsiste pour la vie éternelle. Marchant sur les traces de Jésus dont la nourriture était de faire la volonté du Père, la nouvelle création recherche et fait la volonté de Dieu. La nature de Dieu en nous, nous pousse à penser et à agir comme Dieu.

Celui qui est passé par la croix acquiesce tout ce que le Saint-Esprit dit dans sa parole. La nouvelle création aime Dieu et désire faire sa volonté. Elle fuira le monde et sa sagesse. Elle fera tout pour ne pas se conformer au siècle présent. Elle comprend que le chemin resserré n’est pas populaire. C’est dans la voie large qu’il a des embouteillages. La majorité des hommes l’emprunte.

Le chemin de la justice est suivi par peu de gens. Dieu fait de nous ces personnes qui choisissent de quitter le monde pour embrasser ses desseins. Le ciel est notre objectif; et la terre un lieu de passage. Nous faisons tous nos efforts pour relâcher ce qu’il a mis en nous. C’est cela travailler pour la vie éternelle.

« 28 Ils lui dirent: Que devons-nous faire, pour faire les œuvres de Dieu? 29 Jésus leur répondit: L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

Jean 6:28-29; LSG

Celui qui désire sincèrement grandir doit apprendre à poser des questions. La curiosité est un don de Dieu pour nous conduire toujours plus loin dans la vie. Il est vrai que Satan l’a perverti comme il l’a fait de tout ce qui est en nous. Bien utilisée, la curiosité, qui se traduit par la capacité à poser des questions, nous aidera à découvrir les portes que le Père a mises devant nous.

Le Père ne demande pas mille choses aux hommes comme pouvaient le penser ceux qui interrogeaient Jésus. Une seule chose est attendue de tout homme : C’est qu’Il croit en Celui qui est venu de la part de Dieu.

Plusieurs voudraient payer leur entrée au ciel avec leurs actions, leur argent, etc. Ils voudraient vivre d’une manière indépendante de Dieu et définir la façon par laquelle Dieu les justifiera. Cela n’arrivera pas. Car toutes nos bonnes œuvres sont devant Dieu comme un vêtement souillé.

Que personne n’oublie que l’homme adamique est de la même nature que Lucifer. C’est un rebelle. Il est séparé de Dieu et condamné à mort (vivre éternellement loin de Dieu). La grâce de Dieu a pourvu un SEUL moyen de sortie : c’est le sacrifice de Jésus. Il est notre rédemption. Il a pris notre place. Tout ce que le Père demande à tout homme c’est de mettre sa confiance en Jésus pour le pardon de ses péchés. Voilà l’œuvre de Dieu.

Voyez-vous la beauté de l’amour de notre Dieu ? L’homme est le premier bénéficiaire de l’œuvre que le Père exige de lui. Cette exigence vient de ce qu’il n’y a pas de pardon de péché possible sans effusion de sang. Et le Père n’acceptera pas le sang des animaux – comment penser que la vie d’un homme équivaut à celle d’un animal? ; il n’acceptera pas le sang d’une autre personne. Car tous les hommes sont pécheurs. Par ailleurs, c’est à l’image de Dieu qu’il a fait l’homme. Si nous sommes tombés dans le péché, il reste que c’est à l’image de Dieu que nous sommes.

Nous avons du prix à ses yeux. Pour s’assurer que nous soyons pleinement restaurés, il a donné l’Agneau de Dieu. Notre vie n’a pas de prix. Dieu l’a estimée digne du sacrifice de ce qu’il a de plus cher. Il a donné son Fils unique pour hériter des fils. Gloire à Dieu.

« 30 Quel miracle fais-tu donc, lui dirent-ils, afin que nous le voyions, et que nous croyions en toi? Que fais-tu? 31 Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. 32 Jésus leur dit: En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel; 33 car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. 34 Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. »

Jean 6:30-34; LSG

Pour celui qui veut se perdre il n’y aura jamais assez de raisons pour abandonner la rébellion et pour venir à Jésus. Ceux qui demandent un miracle supplémentaire comme si la multiplication du pain et les autres prodiges que le Saint-Esprit avait réalisés étaient courants en Israël à cette époque.

Ces gens semblent dire à Jésus : « Nous sommes disciples de Moïse. Il a fait un plus grand miracle que toi. Le pain qu’il a donné à nos pères pendant quarante ans tombait du ciel ». Ce n’est pas vrai qu’ils suivaient Moïse. Jésus avait eu l’occasion de dire à certains parmi eux que s’ils suivaient Moïse, ils reconnaitraient qu’il est l’OINT de Dieu; Celui qui devait venir. Celui qui ne veut pas obéir inventera toujours une belle excuse qui s’adosse sur les traditions et les commandements des hommes. Cela a l’apparence de la piété et de la sagesse, mais c’est une folie.

Chers amis, ne soyons pas de ceux qui endurcissent leurs cœurs lorsqu’ils entendent la voix Dieu. Car les Écritures nous donnent cet avertissement : « Un homme qui mérite d’être repris, et qui raidit le cou, sera brisé subitement et sans remède. » Proverbes 29 :1; LSG. Ne soyons de ceux qui fatiguent Dieu avec des raisonnements insensés.

Au sujet du pain qui descend du ciel Jésus fait la précision que c’est la nourriture spirituelle de la nouvelle création. La manne était l’image de Jésus. Elle a été la provision des israélites durant leur marche dans le désert.

Jésus est notre Source pendant que nous marchons dans un monde hostile. Le monde est semblable au désert dans lequel Moïse et le peuple ont marché. Leur nourriture ne pouvait pas venir du désert, de la même manière que nous n’avons rien à prendre du monde. Notre nourriture ne vient pas de ce monde.

Il est important de bien comprendre ceci. Ce n’est pas dans le monde que nous devons chercher ce dont nous avons besoin. Nous sommes du ciel. Celui qui nous a envoyés sur la terre pourvoit pleinement à tous nos besoins par le pain qui descend du ciel. Gloire à Dieu.

Devoir

Suivre Jésus
  • Lire Jean 14 :12
  • Lire Matthieu 6 :33
  • Lire Exode 16 – début de la manne
  • Lire Josué 5 :12 – fin de la manne => Le Père avait nourri son peuple pendant quarante ans dans le désert.
  • Décidons de croire en Jésus. Celui qui croit, obéit. Il abandonne Satan, il sort du monde, il renonce à lui-même; il va où le Saint-Esprit conduit. Mettons-nous en marche par le Saint-Esprit. Que les yeux de l’Éternel nous trouvent, Lui qui cherche des gens en qui il va se montrer fort dans ces temps qui sont la prolongation des derniers temps.

Requêtes

Père, donne-moi de me rassasier de ta présence et de tes paroles. Jésus je veux communier avec Toi. Tu es mon TOUT.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW