fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Lundi 28 Février 2022


Pensée: De la même manière que le gouvernail conduit le bateau, ainsi la langue dirige la vie de l’homme. C’est pour cette raison que Jésus a dit que nous serons justifiés ou condamnés par nos paroles.
Le Saint-Esprit nous apprend à nous rendre maitres de notre âme (volonté, intelligence, sentiments). Lorsque Dieu règne dans notre cœur, notre langue peut proclamer de manière consistante la vie.
L’homme naturel est prisonnier de la mort et du péché. Il n’a pas de force contre le péché qui règne dans son cœur et qui déborde de sa bouche.

Note: Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Jacques 3:1-12; LSG

« 1 Mes frères, qu’il n’y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. »

Jacques 3:1; LSG

Un enseignant est une personne équipée et établie par le Père pour rendre accessible les choses profondes de Dieu.

Compte tenu de ce que Jésus est le premier et le plus grand des enseignants de la nouvelle alliance, en l’observant, nous pouvons comprendre ce qu’est ce ministère et en quoi il est important pour l’Église.

L’enseignant dans l’Église de Jésus n’est pas celui qui a un diplôme en théologie. C’est celui qui a été appelé par Jésus à ce ministère et qui a été formé par le Saint-Esprit.

Compte tenu de ce qu’il parle des choses qui ne sont pas de ce monde, il doit les recevoir par révélation de la part du Père ou d’autres enseignants qui ont connu les voies de notre Père. La relation personnelle avec le Père est primordiale pour tout chrétien qui veut accomplir l’œuvre que le Père lui confie. L’enseignant ne fait pas exception à cette règle.

Dans le judaïsme il portait le titre de Rabbi (maitre). Et dans les évangiles on les retrouve sous la désignation de docteur de la loi. Le peuple allait vers eux pour être éclairé sur différentes questions. C’est à eux qu’appartenait le privilège d’interpréter les Écritures. Leurs multiples conflits avec Jésus nous permet de comprendre que la majorité des docteurs de la loi du judaïsme étaient étrangers à l’Esprit par qui notre Seigneur faisait toute chose.

Celui qui enseigne court le risque d’influencer négativement ceux qui l’écoutent. Jésus disait des pharisiens et des scribes qui étaient assis dans la chaire de Moïse qu’ils empêchaient le peuple d’entrer dans le royaume de Dieu. Par leurs enseignements, ils conduisaient des foules en enfer.

Jésus jugera sévèrement les enseignants parce qu’il est possible d’obscurcir les desseins de Dieu par nos enseignements. Ce faisant, ceux qui enseignent, mettent en danger et parfois causent la perte de ceux qui les suivent.

Certaines personnes se laissent attirer par les ministères visibles. Inconsciemment ils désirent être écoutés; ils veulent montrer la direction aux autres. Faisons attention de ne pas aller au-delà de ce que le Père nous a confié comme part dans l’œuvre du Christ. Le plus important n’est pas d’être vu ou connu des hommes, mais bien de faire avec excellence le ministère qu’il nous a confié.

« 2 Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. 3 Si nous mettons le mors dans la bouche des chevaux pour qu’ils nous obéissent, nous dirigeons aussi leur corps tout entier. 4 Voici, même les navires, qui sont si grands et que poussent des vents impétueux, sont dirigés par un très petit gouvernail, au gré du pilote. »

Jacques 3:2-4; LSG

La vie et la mort sont au pouvoir de la langue. Bien que nous ne voulons pas souvent le reconnaitre, nous sommes dans la majorité des cas le produit de ce que nos langues ont proclamé sur nous-mêmes.

Nos paroles ont de l’influence sur nos vies. Celui qui contrôle parfaitement sa langue peut conduire son corps et sa vie là où il veut.

Jacques dit que nous sommes parfaits lorsque nous avons une totale maitrise de nos paroles. De la même manière que le cheval bridé est conduit par celui qui tient les rênes, ainsi celui qui a la maitrise de sa langue peut conduire sa vie dans la direction désirée.

Quelques fois, nous avons prié pour un tel sujet, et après nous l’avons maudit par nos confessions. Nous avons reçu la prière de l’église ou d’un frère, et à la moindre difficulté, par nos paroles nous avons fermé la porte à la bénédiction.

Dieu n’est pas contre nous. Comment pourrait-il désirer la perte de ceux pour qui il a envoyé Jésus à la croix. Avec Jésus il nous a TOUT donné. Si nous apprenons à maitriser notre langue, nous serons comblés. Nous verrons les grâces de Dieu arrivées dans nos vies les unes après les autres.

Satan peut nous résister pendant un temps, mais il ne peut pas nous limiter tout le temps. Le Père a dit, en effet, qu’il fuira loin de tous ceux qui se soumettent à Yahweh et qui résistent au diable.

Que disons-nous lorsque nous parlons de nous-mêmes, de notre conjoint, de nos enfants, de notre église, de nos affaires, de notre pays, etc. Que disons-nous ? Celui qui dit avec persévérance une chose finit par y croire. Lorsque l’homme prononce de sa bouche les paroles qui ont un ancrage profond dans son cœur, il ouvre des portails dimensionnels à ceux qui lui ont inspiré ces paroles. Il en découlera alors la vie ou la mort. La vie si nous avons fait un avec la parole inspirée par l’Esprit de Dieu et que nous l’avons proclamé de manière persévérante. Ila mort si nous avons fait alliance avec l’enfer et que nous avons proclamé la volonté de Satan.
Que disons-nous lorsque nous parlons ?

« 5 De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt! 6 La langue aussi est un feu; c’est le monde de l’iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne. 7 Toutes les espèces de bêtes et d’oiseaux, de reptiles et d’animaux marins sont domptés et ont été domptés par la nature humaine; 8 mais la langue, aucun homme ne peut la dompter; c’est un mal qu’on ne peut réprimer; elle est pleine d’un venin mortel. »

Jacques 3:5-8; LSG

Le Saint-Esprit souligne avec force le fait que l’homme naturel n’a pas de pouvoir sur sa langue. La vérité c’est que c’est de l’abondance de notre cœur que parle la langue. L’homme a beau prendre des résolutions, s’il n’est pas changé à la source, il n’y a rien de bon à espérer de lui.
L’incapacité de l’homme à traiter la question du mal et du péché a produit l’adage bien connu « chasse le naturel et il revient au galop ». Le Saint-Esprit dit que le chien est retourné à ses vomissures.
La langue de l’homme naturel est en effet connectée à la mort et l’enfer. Il ne peut s’empêcher de dire des paroles qui assombrissent les desseins de Dieu.

Gloire soit rendue à Dieu pour Jésus. Par Lui, le Père peut changer le cœur de pierre de l’homme pour lui donner un cœur de chair. Lorsque la source est ainsi remplacée, il peut sortir de nos bouches des paroles de vie. Si nous nous mettons à son école, le Saint-Esprit va nous apprendre à délaisser les mauvaises habitudes de la vieille nature pour vivre selon les principes du royaume auquel nous appartenons maintenant. La parole de Dieu est la clé. Elle a le pouvoir de sauver nos âmes. Voici pourquoi nous méditons les Écritures jour et nuit; et que nous mettons en pratique ce qu’il nous fait connaitre.

Le Saint-Esprit sait changer le cœur de l’homme et dompter sa langue.

« 9 Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l’image de Dieu. 10 De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu’il en soit ainsi. 11 La source fait-elle jaillir par la même ouverture l’eau douce et l’eau amère? 12 Un figuier, mes frères, peut-il produire des olives, ou une vigne des figues? De l’eau salée ne peut pas non plus produire de l’eau douce. »

Jacques 3:9-12; LSG

Chacun de nous a la responsabilité de veiller sur sa langue. Dieu nous donne la grâce de marcher en nouveauté de vie. Il ne sied pas aux enfants de Dieu de bénir Dieu et de maudire qui que ce soit. Parce qu’il nous a mis à part, nous ne marchons plus selon le train de ce monde. Nous aimons nos ennemis et nous prions pour ceux qui nous persécutent. Lorsque notre ennemi a faim, nous lui donnons à manger; lorsqu’il a soif, nous lui donnons à boire.

Par Jésus, nous choisissons de ne plus laisser sortir de nos bouches des paroles qui apportent la mort. Nous avons offert chacun de nos membres à notre Dieu.

Que le Père établisse dans chacune de nos vies son règne. Qu’il guérisse nos cœurs et nos langues. Que celui ou celle qui a été offensé(e) pardonne de tout son cœur à son prochain. Et que vienne la vie dans nos maisons au nom de Jésus.

Devoirs

Suivre Jésus
  • Lire Lévitique 18:21
  • Lire Romains 12
  • Lire Matthieu 12:35

Requêtes

Père, guéris mon cœur et ma langue. Je ne veux pas exprimer la pensée de l’adversaire. C’est ton règne que je veux.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW