fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Jeudi 20 octobre 2022

Pensée: Après avoir montré de la miséricorde à la grande ville, le Père fait grâce à son serviteur Jonas. Il prend le temps de lui faire voir la justesse de sa décision. Pourquoi détruire un peuple qui ne sait pas distinguer sa gauche de sa droite. Puisque nous sommes maintenant enfants de Dieu, allons les chercher pour Lui. Allons leur porter le message de la vie. Plusieurs périssent parce qu’ils n’ont jamais entendu la vérité. Nous sommes parfois trop pressés de nous réjouir de la mort du pécheur. Le Père nous tiendra responsables si nous nous sommes tus au lieu d’avertir, d’exhorter, d’enseigner avec patience et amour. Tel est un aspect important de notre ministère en tant que disciple de Jésus. Il est venu chercher ceux qui sont perdus. Ceux qui sont perdus sont aveugles. Nous pouvons les aider en prêchant la vérité.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Jonas 4 :5-11; LSG

« 5 Et Jonas sortit de la ville, et s’assit à l’orient de la ville, là il se fit une cabane, et s’y tint à l’ombre, jusqu’à ce qu’il vît ce qui arriverait dans la ville. 6 L’Éternel Dieu fit croître un ricin, qui s’éleva au-dessus de Jonas, pour donner de l’ombre sur sa tête et pour lui ôter son irritation. Jonas éprouva une grande joie à cause de ce ricin. 7 Mais le lendemain, à l’aurore, Dieu fit venir un ver qui piqua le ricin, et le ricin sécha. 8 Au lever du soleil, Dieu fit souffler un vent chaud d’orient, et le soleil frappa la tête de Jonas, au point qu’il tomba en défaillance. Il demanda la mort, et dit: la mort m’est préférable à la vie. »

Jonas 4:5-8; LSG

Jonas s’attendait peut-être à ce que la destruction de la grande ville soit similaire à celle de Sodome et Gomorrhe dont il connaissait bien l’histoire. Il se plaça donc à l’Est sur un point suffisamment éloigné pour ne pas être foudroyé par le feu ou toute autre calamité qu’il espérait voir descendre. Seulement le Père avait dit avoir changé d’avis – il accorderait finalement sa miséricorde aux ennemis d’Israël. Celui qui s’était assis pour contempler la destruction des pécheurs allait recevoir un bel enseignement.

Étape 1 : Le Père fait croître un ricin – une plante qui est aujourd’hui cultivée commercialement pour l’utilisation pharmaceutique et industrielle de son huile et pour l’aménagement paysager. Ses feuilles s’élèvent au-dessus de Jonas tel un parapluie pour le protéger du soleil. Ceci réjouit le cœur du prophète et il ne tarde pas à commencer à s’attacher à ce compagnon qui a surgi de la terre en une journée.

Étape 2 : Le Père se sert d’un ver pour détruire l’arbre. Le prophète perd l’abri qui lui apportait un certain réconfort.

Étape 3 : Au milieu de la journée, le Père utilise un vent chaud venu de l’Est et le soleil pour indisposer le prophète. Ce dernier est tellement dégoûté de tout ce qui se passe qu’il demande la mort.

Mais il n’a pas encore compris qu’il est à l’école de Dieu. Il n’arrive pas encore à faire le lien entre ces derniers évènements et l’épisode de Ninive.

Bien souvent, nous sommes lents à voir ou à comprendre ce que le Père fait dans nos vies ou dans le monde. Nous sommes parfois aveuglés par nos préjugés ou par notre ignorance. Nous faisons mécaniquement comme nous avons toujours fait. Conséquemment, nous tournons en rond; nous manquons de passer par la porte qu’il a pourtant ouverte devant nous.

Notre Père est patient. Il prendra le temps de nous amener à son niveau. Il fera tout pour nous enseigner ses voies. Seulement, soyons déterminés à aller là où il conduit. Ne soyons pas rebelles dans nos cœurs. Que l’amour que nous avons pour Lui, nous place dans une bonne attitude. Notre âme doit apprendre à dire avec notre esprit : Père, je veux faire ta volonté. Je veux aller avec Toi où Tu voudras. Je te fais confiance. Ce cœur d’enfant permettra à l’Esprit de Dieu de nous enseigner, de faire en sorte que nous possédions ses plus grandes et ses plus précieuses promesses.

Il est normal que nous ne comprenions pas toujours ce qu’il fait, mais savons-nous qu’il nous aime de tout son cœur. Avons-nous résolu de Lui rendre la pareille? De Le mettre en premier ? D’abandonner nos idées pour embrasser avec joie les siennes?

La marche de la foi commande une telle attitude. Ceux qui apprennent à marcher ainsi font de continuellement de progrès. Dieu peut mettre en eux les caractères de Jésus. Il peut mettre en eux (dans leurs âmes en cours de transformation) son image.

« 9 Dieu dit à Jonas: Fais-tu bien de t’irriter à cause du ricin? Il répondit: je fais bien de m’irriter jusqu’à la mort. 10 Et l’Éternel dit: Tu as pitié du ricin qui ne t’a coûté aucune peine et que tu n’as pas fait croître, qui est né dans une nuit et qui a péri dans une nuit. 11 Et moi, je n’aurais pas pitié de Ninive, la grande ville, dans laquelle se trouvent plus de cent-vingt-mille hommes qui ne savent pas distinguer leur droite de leur gauche, et des animaux en grand nombre! »

Jonas 4:9-11; LSG

Étape 4 : La dernière étape de la formation de Jonas consiste à faire la comparaison entre le ricin auquel il s’est attaché et le Ninivites.

Il s’irrite à la mort pour le ricin qu’il n’a ni créé ni planté et auquel il s’est attaché parce qu’il a profité de l’ombre. Et il est incapable de comprendre la réticence du Père à détruire un peuple qu’il a créé pour être le reflet de son image et de sa gloire. Un peuple qui selon les paroles de notre Dieu ne sait pas distinguer sa droite de sa gauche. Alléluia, notre Dieu est plein de miséricorde. Il ne désire pas la mort du pécheur. Ce qu’il désire et recherche c’est que tous soient sauvés.

Nous apprenons que la grande ville ne comptait pas moins de cent-vingt-mille hommes, et des animaux en grand nombre. Il se soucie de la vie de tout ce qu’il a créé.

Celui dont qui prend plaisir à faire souffrir les hommes ou même les animaux, commet un péché devant Dieu.

Nous ne disons pas que l’on ne doit pas abattre les animaux pour les consommer. Ce que nous disons c’est que celui qui prend plaisir à les maltraiter tout simplement pour le plaisir de leur infliger des souffrances ne sera pas approuvé par Dieu.

Notons pour finir la sincérité de Jonas. Il avoue avec un certain courage sa frustration et sa colère à l’Éternel : Je fais bien de m’irriter jusqu’à la mort (v.9). L’Éternel est notre Père. Ayons le courage de Lui dire ce qui se passe en nous. Sachons que nous ne l’informons de rien – il voit tout de toute façon. En prenant le temps de discuter avec Lui de ce qui se passe en nous, il nous montrera le chemin de la victoire. Par le Saint-Esprit nous pouvons contrôler nos émotions. Nous pouvons marcher comme il a marché.

Le livre de Jonas est l’histoire extraordinaire de la miséricorde de Dieu qui s’est manifestée envers un peuple qui en partant n’avait rien pour la mériter. À l’écoute du jugement de Dieu, ils ont répondu à l’appel du Saint-Esprit. Ils sont tournés de tous leurs cœurs vers Dieu.

Yahweh a sauvé les Ninivites de la destruction. Et il a sauvé Jonas, le prophète de la destruction personnelle. La colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu. Apprenons l’amour et voyons la puissance de Dieu transformer les situations autour de nous.

Devoir 

Suivre Jésus
  • Lire Luc 7 :36-50
  • Lire Luc 15 :11-32
  • Apprenons les voies de Dieu et usons de miséricorde les uns envers les autres.
  • Prions et travaillons à enseigner les hommes. Lorsque nous ne voyons que leurs fautes et que nous sommes portés à les condamner, le Père voit leur ignorance et il nous appelle à leur ouvrir les yeux.

Requêtes

Père, au nom de Jésus, aide-moi à devenir parfait dans la pratique de la miséricorde.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW