fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Vendredi 16 septembre 2022

Pensée :  Le Père invite les femmes à tourner le dos au monde qui combat son image et sa gloire en elles, pour rechercher la beauté véritable. Celle qui consiste au développement du caractère de Christ dans nos cœurs. Celles qui sont établies à cette place transforment leurs maisons et la société par la puissance du Saint-Esprit.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

1 Pierre 3 :1-6; LSG

« 1 Femmes, soyez de même soumises à vos maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent point à la parole, ils soient gagnés sans paroles par la conduite de leurs femmes, 2 en voyant votre manière de vivre chaste et réservée. »

1 Pierre 3:1-2; LSG

Soumis : hypotássō – arranger/placer en dessous.

Celui qui se soumet choisi de se placer sous une personne ou une organisation dont elle reconnaît l’autorité. Rappelons que si le Père nous appelle à reconnaître les autorités et à nous soumettre, il n’attend pas de nous que nous obéissions à des ordres qui violent sa parole.

Ainsi, un comptable qui craint Dieu ne fera pas de fausses écritures comptables sous prétexte que son patron lui a donné des ordres dans ce sens. Un employé ne participera d’aucune façon au péché de son directeur ou de son patron sous prétexte que cela ne l’engage pas.

Réservé : phobos – révérence, respect (de l’autorité, du rang, de la dignité). Il y a aussi dans phobos l’idée de retrait, de fuite parce qu’on se sent inadéquat (sans ressources suffisantes).

Celui qui est réservé ne cherche pas à se mettre en avant. Elle a tendance à demeurer en retrait.

Chaste : hagnos – pur de toute faute/défaut, immaculé.

Après l’exhortation aux serviteurs qui doivent être saints dans leurs interactions avec leurs maîtres, quand bien même ceux-ci seraient exécrables, l’apôtre appelle les femmes à suivre également l’exemple de Christ.

Le Père a arrangé la femme en dessous de l’homme, et l’homme en dessous de Jésus, et Jésus en dessous de Dieu, afin que le règne de Dieu vienne dans nos vies.

Lorsque nous combattons cet ordre, nous nous plaçons sur le terrain où nous ne connaîtrons pas la paix. Satan trouvera le moyen de nous troubler grandement.

Remarquons que le Saint-Esprit ne dispense pas les femmes chrétiennes qui avaient des époux non-croyants du respect de ce principe capital.

Un enfant de Dieu ne devrait jamais chercher son époux(se) parmi les non chrétiens. Par contre, si nous devenons chrétiens avant notre époux(se), nous devons marcher selon les voies de Dieu. Le mari devenu chrétien doit aimer sa femme comme Christ a aimé son Église. La femme devenue chrétienne doit se soumettre à son homme.

Au cours de toutes les générations, le monde a développé et offert aux hommes des moyens de s’embellir dans le but de paraître flamboyant aux yeux des autres. Les rois, les reines, les princes, les dignitaires des royaumes, les élites et les riches ont toujours porté une grande attention à leur apparence (vêtements somptueux, coiffures recherchées, bijoux, etc.). Il a toujours été d’importance dans le monde que le statut, la gloire et la grandeur soient dans l’apparence.

Dans l’antiquité Jésus arrive avec les notions d’humilité, de sainteté, de chasteté, de modestie chrétienne.

Le Saint-Esprit exhorte donc les femmes chrétiennes à ne pas suivre le train du monde.

Comment allons-nous gagner le monde si nous adoptons ses valeurs; si nous copions ses voies. Dans le passé, Israël n’a pas gagné les nations étrangères en adoptant leurs dieux et leurs conduites. L’Église de Jésus ne gagnera pas le monde en faisant comme le monde.

« 3 Ayez, non cette parure extérieure qui consiste dans les cheveux tressés, les ornements d’or, ou les habits qu’on revêt, 4, mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu. »

1 Pierre 3:3-4; LSG

Alors que le monde (cosmos) nous pousse à aimer les choses qui sont dans le monde et à les adopter (parures extérieures, cheveux tressés, ornement d’or, habits flamboyants, etc), le Saint-Esprit nous exhorte à nous focaliser sur la beauté intérieure.

Se pourrait-il que l’industrie de la cosmétique mène une guerre contre l’Éternel et son OINT? Eux qui ont mis leur image en nous ? Pourquoi cet acharnement à nous pousser à ne pas nous aimer tels que nous sommes ? Pourquoi cet acharnement à changer notre fond de teint, la couleur de nos yeux (verre des contacts de couleur), à rallonger ou teinter nos cheveux, à rajouter de faux cils, des faux ongles, etc. ?

Avons-nous déjà fait la remarque que le terme cosmétique a pour racine « cosmos » (monde)?

Se pourrait-il que Celui qui a dit « n’aimez point le monde ni ce qui est dans le monde… », le dit parce qu’il sait quels esprits sont derrière ces objets qui suscitent la convoitise des yeux, la convoitise de la chair, l’amour de la vie, etc ? Prenons le temps de penser à cela. Et examinons froidement la situation de notre cœur pour savoir où il se trouve.

Pouvons-nous vraiment demeurer chastes et réservés, si nous poursuivons les choses qui sont dans le monde ?

L’histoire nous apprend que le christianisme avec ses valeurs d’humilité et de modestie avait grandement transformé la culture dans l’Empire romain au point où l’industrie de la cosmétique avait souffert. Exactement comme l’industrie de la fabrication des statues de la déesse Diane (un autre nom de la reine du ciel) avait souffert lorsque Paul est arrivé à Éphèse (Actes 19 :21-41).

Comment influençons-nous ceux qui nous regardent? Sommes-nous simples, chastes et réservés dans notre apparence ? Répandons-nous la bonne odeur de Jésus ou bien l’image et la gloire du monde ?

« 5 Ainsi se paraient autrefois les saintes femmes qui espéraient en Dieu, soumises à leurs maris, 6 comme Sara, qui obéissait à Abraham et l’appelait son seigneur. C’est d’elle que vous êtes devenues les filles, en faisant ce qui est bien, sans vous laisser troubler par aucune crainte. »

1 Pierre 3:5-6; LSG

Parfois nous craignons d’être rejetées; nous craignons de ne pas être aimées par nos maris ou par les personnes que nous estimons. Parfois nous craignons d’être différentes. Du coup, nous faisons des concessions, nous suivons le train du monde. Nous diluons notre message. C’est l’Évangile sans levain qui est la puissance de Dieu pour le salut de ceux qui croient. Si nous le transformons pour ne pas offenser les hommes, nous aurons la foule, mais le Saint-Esprit ne sera pas là. La preuve que nous avons perdu quelque chose se voit dans la faiblesse de l’église.

Revenons au modèle laissé par ceux qui nous ont précédés. Sara et les autres femmes saintes ont honoré Dieu en suivant ses enseignements. Elles étaient soumises à leurs maris et elles mettaient en avant la beauté intérieure.

La grâce est trompeuse, c’est celle qui craint Dieu qui sera louée. Si nous voulons la louange qui vient de Dieu, nous devons apprendre à adopter ses valeurs. Il ne pense pas comme le monde.

Devoir 

Suivre Jésus
  • Lire Tite 2 :5
  • Lire 2 Corinthiens 11 :2
  • Lire 1 Timothée 5 :22; Philippiens 4 :8
  • Lire 1 Jean 2 :15-17 – N’aimons pas le monde, ni ce qui est dans le monde
  • Lire Romains 12 :1-2 – ne copions pas le monde
  • Lire Proverbes 31 :30 – la beauté physique est trompeuse
  • Lire Apocalypse 3 :1-6 – physiquement flamboyant, mais spirituellement nu et pauvre

Requêtes

Père, au nom de Jésus, je renonce au monde et aux choses qui sont dans le monde. Guéris mon cœur et sépare-moi des choses qui m’enchainent. Je veux vivre libre pour ta gloire. Restaure en moi ton image.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW