fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation de Vendredi 17 juin 2022

Pensée : Il est impossible à l’homme naturel d’entrer dans le royaume de Dieu. Il faut mourir pour vivre. La croix est une exigence pour ceux qui décident de suivre Jésus. C’est lorsque le rebelle est mis à mort que le tabernacle peut être bâti pour l’Esprit du Dieu vivant. Lorsqu’il descend, les choses se passent comme dans le ciel. Celui qui veut garder sa vie demeure sous la malédiction de la mort et du péché. Il est dominé par le diable quoiqu’il pense être libre. Il est pauvre, aveugle, et nu. Tournons-nous de tout notre cœur vers Celui qui a le pouvoir de nous libérer et de nous établir. La vraie vie est en Lui SEUL.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Jean 12 :20-26; LSG

« 20 Quelques Grecs, du nombre de ceux qui étaient montés pour adorer pendant la fête, 21 s’adressèrent à Philippe, de Bethsaïda en Galilée, et lui dirent avec instance: Seigneur, nous voudrions voir Jésus. 22 Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe le dirent à Jésus. »

Jean 12:20-22; LSG

Les Grecs qui avaient adopté Moïse et qui devaient monter à Jérusalem à moins trois fois par année à l’occasion des festivals religieux, désirent rencontrer Jésus. Ils avaient peut-être été témoins de son entrée triomphale à Jérusalem ce jour spécial du dix de Nissan. Ils avaient entendu des choses étonnantes à son sujet. La plus marquante était la résurrection de Lazare – lequel avait fait quatre jours dans la mort.

Ce qu’ils ont entendu de Jésus, ce qu’il leur a été donné de voir, les pousse à rechercher le face-à-face qui apportera les réponses aux questions qu’ils se posent. Comme Nicodème, ils désirent connaître le fond des choses.

Allons vers le Seigneur, si nous désirons connaître la vérité sur les choses qui nous troublent. Il est Celui qui nous pousse à désirer toujours plus. Ils devaient se dire « s’il est Celui qui devait venir, alors nous devons Le suivre ». Pourquoi continuer de s’attacher au Judaïsme si le Christ, le Fils du Dieu vivant est là ?

Pourquoi nous attacher à ce qui n’est pas parfait lorsque le Saint-Esprit nous montre le chemin de la plénitude en Jésus ?

Ce chemin passe par le respect de Dieu ou la crainte de l’Éternel. C’est le commencement de la sagesse. Celui qui est sage, demeure dans les limites les Écritures qu’il désire ardemment être accompli dans sa vie.

Il est intéressant de noter que l’accès à Jésus n’était plus facile en raison des menaces d’arrestation et de mort qui pesaient déjà sur Lui. Les Grecs s’adressèrent donc à un de ses disciples, Philippe; lequel en parle d’abord avec André pour valider la pertinence de faire connaître la requête des Grecs à Jésus.

Philippe et André représentent l’Église. En tant que disciples de Jésus, nous sommes pratiquement les seuls points d’accès que les humains ont avec le royaume de Dieu. Nous jouons efficacement le rôle de porte du ciel sur la terre, lorsque nous devenons conscients de la présence de Jésus en nous.

Est-ce que le monde nous reconnaît comme des disciples de Jésus ? Combien viendraient à nous s’ils désiraient connaître ou rencontrer Jésus ?

« 23 Jésus leur répondit: L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. »

Jean 12:23; LSG

Au premier abord, il peut nous sembler que Jésus ne se préoccupe pas des Grecs qui désirent ardemment le rencontrer. Mais il n’en est rien en réalité. Comme dans le cas de son échange avec Nicodème (Jean 3) ou la femme de Sychar (Jean 4), Jésus va à la préoccupation profonde de la personne qui s’adresse à Lui.

Il n’est pas impossible que ces Grecs eussent compris que L’OINT de Dieu devait mourir. Le vieux Simon en bénissant le garçon que Joseph et Marie étaient venus présenter au temple, avait averti Marie que son cœur serait brisé. Il savait selon les Écritures que le Messie irait à la croix.

Il n’est donc pas impossible qu’ils voulussent vérifier leur compréhension de la mission du Messie.

L’heure de la gloire dont parle Jésus est celle de sa mort. La gloire passe par l’obéissance à la Parole de Dieu. Il n’y a pas de gloire passible dans la révolte et la rébellion.

Il y a un poids de gloire attaché à chaque parole de l’Éternel. Celui qui glorifie l’Éternel en se soumettant à sa Parole, se place sur le terrain où la Parole va relâcher dans sa vie le poids de gloire qu’elle contient.

C’est par l’obéissance que nous montons l’échelle de la croissance spirituelle. C’est par l’obéissance que nous sommes établis. Le Père honore celui qui l’honore.

« 24 En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais, s’il meurt, il porte beaucoup de fruit. 25 Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. 26 Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera. »

Jean 12:24-26; LSG

La préoccupation des Grecs et probablement des disciples est celle de tout le monde : Y-t-il un autre chemin que la croix pour participer à la gloire de Dieu ? À Gethsémané, Jésus posera cette même question. La coupe du jugement ne pouvait s’éloigner de Lui parce que le chemin de la gloire est celui de la mort à nous-mêmes.

Si le grain de blé tombé en terre refuse de mourir, il est impossible que le processus de germination se mette en route.

Tout homme qui nait sur la terre est dans un processus de destruction. Il a fallu neuf-cent-trente ans pour que Adam meure. Mais, il a fini par mourir. La loi de la mort et du péché règne sur tous les hommes. Nous y échappons en allant à la croix avec Jésus. Celui qui rejette Jésus et la croix demeure sous le règne de la mort. Une telle personne peut avoir l’impression de réussir parce qu’il fait ce que bon lui semble. La fin du chemin sur lequel il marche est la mort.

Les règles du royaume de Dieu sont à l’opposé de celles du monde. Lorsque le monde dit que nous perdons notre vie parce que nous sommes allés à la croix et que nous vivons par elle, du point de vue de Dieu, nous sommes sages. Nous remplissons l’exigence de l’Esprit de Dieu qui vient dans la vie de ceux qui sont passés par la croix et qui obéissent à Christ.

Les notions de gain ou de perte sont donc relatives au référentiel que nous adoptons. Ceux qui sont d’en haut comprennent avec Jésus que la mort du rebelle est un gain. Car, il laisse toute la place à l’Esprit de Dieu. Ceux qui sont d’en bas pensent contrôler leurs vies. Ils sont pauvres, aveugles et nus. Mais ils ne le savent pas. Alors qu’ils croient contrôler les choses, ils sont en fait contrôlés par le prince de ce monde (1 Jean 5 :19).

Si nous avons choisi de servir Jésus, marchons comme il a marché. Il a pris sa croix pour glorifier Dieu en délivrant les hommes de la mort et du péché. Faisons de même et entrons dans la gloire que le Père nous donne.

La gloire de Dieu c’est le Saint-Esprit en nous; c’est l’obéissance quotidienne à sa voix. Il est Celui par qui nous revenons à notre place, à savoir celle de fils de Dieu. Nous sommes par Lui et nous faisons toutes choses par Lui et pour sa gloire.

Devoir

Suivre Jésus
  • Lire 2 Rois 5 :15-19; Actes 8 :26-31; Actes 10 :1-3 – Exemples de non-juifs qui ont adopté Yahweh
  • Lire Romains 14 :9; 1 Corinthiens 15 :36; Ésaïe 53 :10-12
  • Lire Luc 6 :46; Galates 2 :20, 6 :14
  • Est-ce que le monde nous reconnaît comme des disciples de Jésus ? Combien viendrait à nous s’ils désiraient connaître ou rencontrer Jésus ?

Requêtes

Père, au nom de Jésus, fais que l’œuvre de la croix soit rendue complète dans ma vie. Que Jésus prenne toute la place; et que paraisse ta gloire.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW