fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Lundi 6 Juin 2022

Pensée : Le Bon Berger donne sa vie pour ses brebis. En donnant sa vie pour nous, il a ouvert une porte que personne ne peut fermer, sauf nous. Celui qui se confie au Seigneur entre dans une dimension où il verra son salut. C’est à son règne et à sa gloire qu’il nous a appelés. Attendons-nous avec confiance à voir sa parole se réaliser. Marchons dignement devant sa face.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Jean 10 :11-18; LSG

« 11 Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. »

Jean 10:11; LSG

Berger : du grec poimén – c’est une personne qui nourrit, protège et dirige un troupeau. Dans la maison de Dieu, c’est quelqu’un que le Seigneur élève pour prendre soin du bien-être total de son troupeau (le peuple du Seigneur).

L’Éternel était le Berger et le Roi de son peuple jusqu’au moment où Israël fit la requête d’avoir à sa tête un roi humain comme les autres peuples. Après Saül et David, plusieurs autres personnes furent élevées pour conduire le peuple pour Dieu. Les rois étaient donc les bergers du peuple de l’Éternel.

Ils devaient fortifier celles qui étaient faibles, guérir celles qui étaient malades, panser celles qui étaient blessées, ramener celles qui s’égaraient, et chercher celles qui étaient perdues. À la place ils les ont bien souvent dominés avec violence et traités avec dureté.

À cause de la faillite des dirigeants, l’Éternel a fait la promesse de venir Lui-même pour prendre soin de son peuple. Lorsqu’on médite sur cette question, on réalise vite qu’il avait fait la promesse depuis Éden de venir pour nous ramener vers Lui.

Jésus-Christ est le Fils de l’homme. Il vient dans le monde non pour être servi, mais pour servir et pour donner sa vie pour ceux qui croient. Il met sa vie et ses biens au service de ses brebis.

La nouvelle extraordinaire que nous annonçons est qu’en devenant semblable à nous, il a ouvert le chemin par lequel nous recevons tout ce qu’il a. Nous ne sommes plus de dehors. Nous sommes de sa maison. Nous avons la même nature que Lui. Gloire à Dieu.

« 12, Mais le mercenaire, qui n’est pas le berger, et à qui n’appartiennent pas les brebis, voit venir le loup, abandonne les brebis, et prend la fuite; et le loup les ravit et les disperse. 13 Le mercenaire s’enfuit, parce qu’il est mercenaire, et qu’il ne se met point en peine des brebis. »

Jean 10:12-13; LSG

Mercenaire : du grec misthótos– serviteur embauché. Ce dernier n’a pas la mentalité ou le cœur du propriétaire. Il n’a pas pour les brebis dont il a la charge le même attachement que le berger des brebis.

Le serviteur embauché est incapable de donner sa vie pour sauver celles des brebis. Car il est davantage préoccupé par la sauvegarde de sa vie et son salaire que par celles des brebis.

À moins d’une intervention spéciale du Saint-Esprit, personne n’est capable d’aimer les hommes et de les servir comme Jésus, le Bon Berger. C’est sa grâce qui nous rend capables de mettre les autres en avant.

Il est facile de se soumettre à Dieu lorsque nous comprenons de quel amour il nous a aimés. Il ne vient pas à nous comme un mercenaire ou un serviteur salarié; il est Celui à qui nous appartenons. Nous sommes ses enfants.

Notre soumission à Dieu est proportionnelle à la connaissance et à la compréhension que nous avons de son amour pour nous.

Ceux à qui il nous a confiés (nos parents, nos tuteurs, nos ainés, nos dirigeants, etc) ne sont pas nos premiers responsables. C’est l’Éternel qui est notre propriétaire. Il recherche par-dessus tout notre bien. Parfois, les gens ont usurpé le droit de régner sur nous et ils ne recherchent pas toujours notre bien.

Quelle que soit notre situation, souvenons-nous que notre Dieu a la première place dans nos vies. C’est Lui notre Berger, notre Roi, notre Dieu. Nous pouvons nous soumettre avec confiance à ses commandements.

« 14 Je suis le bon berger. Je connais mes brebis, et elles me connaissent, 15 comme le Père me connaît et comme je connais le Père; et je donne ma vie pour mes brebis. »

Jean 10:14-15; LSG

Même dans le naturel. Il y a un lien particulier qui lie les brebis à leur berger. Il les a vu naître ou il a désiré les acquérir. Ensuite, il a pris soin de chacune d’elle jour après jour. Il a pansé leurs blessures, il a pourvu à leur nourriture. Il leur a donné toute l’attention afin qu’elles croissent.

Ce qui est vrai dans le naturel l’est également dans le spirituel. Jésus connaît intimement chacun de ceux qui Lui appartiennent. Il connaît nos forces et nos défis. C’est le temps passé dans sa présence qui nous permet de le connaître.

Notre communion avec Jésus est à l’image de celle qui Le lie au Père.

Jésus est dans le Père et le Père est en Lui. Ils sont dans une parfaite unité d’Esprit. De la même manière, celui qui s’unit à Christ est un seul Esprit avec Lui (1 Corinthiens 6:17). L’Esprit de Jésus habite les siens et les conduit. De la même manière que l’Esprit de Dieu habite Jésus et le conduit.

Le chemin de la communion avec le Père et le Fils c’est la Parole de Dieu. Vivons continuellement dans les Écritures. Ce sont elles qui nous révèlent Jésus.  Désirons ardemment toujours connaître plus de Lui. Il est Celui par qui et pour qui nous sommes.

« 16 J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie; celles-là, il faut que je les amène; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. »

Jean 10:16; LSG

Deux bergeries : Israël et le monde. La différence principale entre les deux est qu’Israël a été mis à part pour être la nation à travers laquelle la semence de la femme vient sur la terre. Ils ont eu la loi et les prophètes. Ce sont les premiers à qui l’Évangile du royaume de Dieu a été annoncé.

Le monde est la catégorie des derniers; de ceux qui sont invités en second lieu. Nous ne sommes pas inférieurs à ceux qui ont entendu les paroles de vie les premiers. Car le plan du Père était de commencer par Israël pour étendre, par la suite, l’invitation à tous les hommes.

Des deux peuples (Juifs et Païens), le Père a fait un SEUL; brisant le mur de séparation qui existait avant sa venue parmi les hommes. La nouvelle création est au-delà des considérations humaines. Ceux qui sont à Christ font partie de la même famille parce que l’Église de Jésus n’est pas divisée. Il y a un seul Esprit, une seule Église, un seul baptême, un seul Seigneur, etc.

Le Saint-Esprit n’est pas confus. Il conduit les brebis du Seigneur de la même manière. Ses lois et ordonnances s’appliquent de la même manière à tous. Il n’y a pas deux bergeries, mais une seule. Il n’y a pas deux troupeaux, mais un seul.

Au fur et à mesure que nous comprenons ces choses, nous savons aussi reconnaître ceux de nos frères qui sont sous la couverture spirituelle d’autres bergers humains. C’est Jésus, sa Parole et son Esprit qui nous unissent.

Plusieurs de ceux qui sont dans le monde aujourd’hui, Juifs ou Païens, appartiennent à Jésus. Le temps vient où ils entendront sa voix et ils viendront pour avoir la vie.

Dieu destine tous les hommes à être sauvés. Ceux qui répondent à son appel entrent dans ses desseins pour eux. Ceux qui entendent et qui croient sont sauvés.

« 17 Le Père m’aime, parce que je donne ma vie, afin de la reprendre. 18 Personne ne me l’ôte, mais je la donne de moi-même; j’ai le pouvoir de la donner, et j’ai le pouvoir de la reprendre: tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père. »

Jean 10:17-18; LSG

Jésus-Christ est le Fils de l’homme. Il est venu dans le monde comme l’Agneau de Dieu qui donne sa vie en rançon pour les enfants d’Adam. Il a reçu du Père le mandat de créer une nouvelle race.

Lorsque le Père a posé la question « Qui ira pour nous ? » c’est volontairement qu’il a répondu « Me voici, j’airai pour faire ta volonté ». Personne n’a mis fin de manière brutale à son ministère et à sa vie. À Gethsémané lorsqu’il agonise en prière, il nous montre comment vaincre la chair et notre volonté propre, pour nous soumettre entièrement à la volonté de Dieu. Celui qui est passé par Gethsémané fait UN avec la Parole de Dieu qui proclame sa destinée.

Le Père n’oblige personne. C’est par amour que nous choisissons de nous soumettre à sa volonté. Nous avons compris combien il nous aime et nous désirons par-dessus tout Lui être agréables.

Celui qui obéit à Dieu ne perd jamais. S’il faut qu’il se sépare de quelque chose, il retrouvera davantage dans le futur. Car Celui nous appelle est Fidèle et infiniment Bon.

Devoir

  • Lire Ézéchiel 34
    1. Qu’est-ce que l’Éternel attendait des bergers / pasteurs de son peuple ?
    2. Quelle est la promesse de l’Éternel ?
    3. De qui est-il question au verset 24 ?
    4. Quel lien avec Jean 10 ?
  • Lire Matthieu 19 :27-30
  • Lire Éphésiens 2 :13-15

Requêtes

Père, au nom de Jésus, je te donne ma vie. Je ne retiens rien je te donne accès à tout. Que ton règne vienne. Enseigne-moi tes voies. Je décide de faire ta volonté. Tu es mon Dieu et Jésus, mon Bon Berger.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW