fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Samedi 05 Février 2022

Pensée: Produire des fruits n’est pas une option. Il a tout mis en œuvre pour que nous portions du fruit en abondance. C’est l’intimité avec Jésus qui nous rend capable de comprendre son cœur. Il nous appelle à agir en son nom dans ce monde. Personne n’est mis de côté. Chacun a reçu des ressources merveilleuses selon sa capacité. Nous sommes tous remplis des choses que le Saint-Esprit voudrait manifester dans le monde. Gloire à Dieu nous vivons pour les objectifs grandioses.

Note: Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Matthieu 25:14-30; LSG

« 14 Il en sera comme d’un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs, et leur remit ses biens. »

Matthieu 25:14; LSG

Le Seigneur Jésus est cet homme qui est parti en voyage pour le ciel. Il nous a confiés le mandat qu’il a reçu du Père : Faire de tous les hommes ses disciples et leur apprendre à marcher selon ce qu’il a prescrit. Toute personne qui a reçu la vie de Dieu par Jésus, est appelé à prendre soin des biens du Maître.

« 15 Il donna cinq talents à l’un, deux à l’autre, et un au troisième, à chacun selon sa capacité, et il partit. »

Matthieu 25:15; LSG

C’est selon nos capacités que le Seigneur nous confie des charges dans son œuvre. C’est par sa seule volonté que le Père élit chacun de nous à telle position. Ses choix sont parfaits et concourent à établir son règne. Notre Dieu est Juste, il donne à chacun la charge que la personne est capable de porter.

Talent : le mot grec signifie « échelle » et « balance ». Comme unité de poids il correspondait à environ 80 livres (36 kg). Lorsqu’on l’utilisait comme unité de monnaie, on pesait 36kg de bronze, d’or, etc. En tant qu’unité monétaire, un talent valait environ 6 000 deniers.

Rappelons qu’un denier c’était le salaire journalier d’un ouvrier moyen. Si une année a 365 jours, on parle du salaire moyen cumulé d’environ 16.5 ans.

Celui qui reçoit un seul talent, a entre ses mains une somme d’argent non négligeable. Personne n’est entré dans ce monde sans ressources importantes entre ses mains. Le Père nous a tous remplis de richesses de grandes valeurs selon nos capacités.

Personne n’est entré à moitié plein. Nous sommes tous remplis des choses qui attendent d’être relâchées dans le monde. Le succès c’est relâcher dans le monde les choses qu’il a mises en nous.

De la même manière que Marie a eu besoin d’être recouverte par le Saint-Esprit afin que germe la Parole qu’elle avait reçue, il faut que tout homme rencontre Jésus et soit couvert du Saint-Esprit, pour que ce qui est en lui soit manifesté.
Que faisons-nous pour favoriser ce processus de germination et d’enfantement ?

« Aussitôt 16 celui qui avait reçu les cinq talents s’en alla, les fit valoir, et il gagna cinq autres talents. 17 De même, celui qui avait reçu les deux talents en gagna deux autres. »

Matthieu 25:16-17; LSG

Celui qui a les oreilles pour entendre comprendre que par l’adverbe « aussitôt » le Saint-Esprit nous montre que nous n’avons pas de temps à perdre. Qu’est-ce qu’une vie pour que nous mettions du temps dans des choses qui ne concourent pas à faire fructifier ce que le Père nous a confiés ?

En doublant les ressources qu’on leur a confiées, les deux serviteurs nous montrent le chemin. Le Père s’attend à ce que nous portions du fruit en abondance. C’est en travaillant dans le domaine de notre appel que nous voyons venir l’accroissement que le Père recherche.

Que faisons-nous concrètement pour faire valoir ce qu’il a mis en nous ? Savons-nous ce que nous avons reçu ?

Tant que nous ne saurons pas qui nous sommes nous serons semblables à une personne qui boxe dans le vide; ou à une autre qui fait de grands efforts pour montrer une très longue échelle, mais qui n’a pas pris le soin de s’assurer qu’elle est adossée sur le bon mur.

À quoi cela servira-t-il d’arriver au bout de l’échelle, si en partant elle n’était pas sur le bon mur ? l’échelle que nous montons ce sont les années qui passent, et le bout de l’échelle c’est la fin de notre vie. Si au bout de plein d’efforts, il nous revient que nous étions sur le mauvais mur, cela sera bien triste.

Le Père veut nous faire savoir qui nous sommes et pourquoi nous sommes sur la terre. Et qu’elles sont les trésors qu’il a mis en nous.

Nous avons accès à Celui qui révèle les choses cachées. Elles demeurent cachées pour ceux qui s’appuient sur leur propre intelligence ou qui font alliance avec un dieu étranger. C’est en Jésus SEUL que l’homme trouve le sens des choses et se réalise.

« 18 Celui qui n’en avait reçu qu’un alla faire un creux dans la terre, et cacha l’argent de son maître. »

Matthieu 25:18; LSG

Plusieurs ne sauront jamais qu’ils sont entrés dans le monde avec d’importantes ressources – dans la main droite la vie (le nombre d’années à passer sur la terre) et dans la main gauche, la richesse et la gloire. Lorsqu’un mystique tape dans la main droite de ceux qui viennent pour le consulter, c’est pour soustraire en guise de paiement pour ses service un certain nombre d’années. Les ressources que nous avons portent aussi le nom de « notre étoile ». C’est parce qu’ils avaient vu l’étoile de Jésus que les mages s’étaient mis en marche depuis l’orient jusqu’à Bethléem.

La Bible condamne l’horoscope ou tout moyen en dehors du Dieu vivant de savoir ce qui se passe avec nos ressources (notre étoile). Les mystiques peuvent voir l’étoile des gens en se servant des moyens diaboliques. Pour nous, c’est par le Saint-Esprit que nous avons connaissances des choses qui sont au-delà du naturel. Refermons cette parenthèse.

Le dernier serviteur méprise ce qu’il a reçu. Il refuse de tirer exemple des autres serviteurs qui se mettent aussitôt au travail. Il invente une autre voie. Il suit ses instincts ou sa propre sagesse. Il choisit d’enterrer ses ressources. Celui qui ne met pas en valeur ce qu’il a reçu, a choisit d’agir comme ce dernier serviteur. Le résultat est le même si nous ne savons pas ce que nous avons reçu. Pouvons-nous faire fructifier ce que nous ne connaissons pas ?

« 19 Longtemps après, le maître de ces serviteurs revint, et leur fit rendre compte. 20 Celui qui avait reçu les cinq talents s’approcha, en apportant cinq autres talents, et il dit: Seigneur, tu m’as remis cinq talents; voici, j’en ai gagné cinq autres. 21 Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. 22 Celui qui avait reçu les deux talents s’approcha aussi, et il dit: Seigneur, tu m’as remis deux talents; voici, j’en ai gagné deux autres. 23 Son maître lui dit: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître.»

Matthieu 25:19-23; LSG

Celui qui met en valeur les ressources qu’on lui a confiées, ne fait rien d’extraordinaire. Selon les paroles du Jésus, il a seulement été fidèle dans peu de chose. C’est peu de choses pour la graine d’arachide mise en terre et soigneusement arrosée et entretenue de produire le plant d’arachide. C’est peu de chose pour la graine de tomate de produire le plant de tomate. Nous allons le dire autrement : allons-nous féliciter la graine d’arachide, et la graine de tomate parce qu’elles ont chacune effectué leur travail ?

Ainsi, pour chaque disciple de Jésus, c’est peu de chose que de faire les choses pour lesquelles il nous a créés. Puisque nous sommes son ouvrage, nous savons du reste que c’est Lui qui fait en nous. C’est avec son Esprit que nous faisons notre tâche.

Jésus confie plus de responsabilités à celui se montre fidèle, dépendable. Il nous appelle à nous placer à l’ombre de ses ailes.
Lorsque le Saint-Esprit vient dans la vie d’un homme qui a choisi d’être un instrument docile à la gloire du Maître, la puissance du Très-Haut le couvre de son ombre, et ce qui a été placé en lui grandit pour être manifesté au monde. Nous sommes comme la graine d’arachide ou la graine de tomate. Dans les conditions normales, nous portons du fruit en abondance.

Dans quel environnement avons-nous choisi de vivre ? Ambitionnons-nous de porter du fruit ? Que faisons-nous concrètement chaque jour pour y parvenir ?

« 24 Celui qui n’avait reçu qu’un talent s’approcha ensuite, et il dit: Seigneur, je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n’as pas semé, et qui amasses où tu n’as pas vanné; 25 j’ai eu peur, et je suis allé cacher ton talent dans la terre; voici, prends ce qui est à toi. »

Matthieu 25:24-25; LSG

Les vierges folles, les mauvais serviteurs, les méchants cherchent ailleurs qu’en eux-mêmes les raisons de leurs malheurs. Ils refusent de voir que nous vivons aujourd’hui les conséquences des choix que nous avons faits hier.

Les personnes irresponsables accusent toujours les autres pour les décisions qu’elles ont prises. Elles sont incapables d’assumer jusqu’au bout leurs choix.

Ce que le mauvais serviteur dit de son maître révèle qu’il ne le connaissait pas. Ceux qui font naufrage pour ce qui est de la vie chrétienne ont ceci de commun : ils ne connaissent pas intimement le Maître. Ils ne connaissent pas Jésus. Ils n’ont jamais voulu vivre dans sa présence pour avoir le cœur à cœur auquel chacun de ses enfants a droit. Ils ont vécu préférant suivre leurs propres voies. Ils poursuivaient les objectifs terrestres. Faut-il s’étonner que Jésus dise par exemple aux vierges folles, je ne vous ai jamais connues ?

Notre incapacité à travailler avec joie dans le domaine de notre appel révèle que nous ne connaissons pas le Maître.

Celui connaît intimement Jésus, marche comme Jésus et les apôtres ont marché. Le royaume de Dieu est sa priorité. Il voit se développer les choses que le Père a mises en lui.

« 26 Son maître lui répondit: Serviteur méchant et paresseux, tu savais que je moissonne où je n’ai pas semé, et que j’amasse où je n’ai pas vanné; 27 il te fallait donc remettre mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j’aurais retiré ce qui est à moi avec un intérêt. 28 Ôtez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents. 29 Car on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. 30 Et le serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents.»

Matthieu 25:26-30; LSG

Le Maître reprend ironiquement les accusations du méchant serviteur et prononce la sentence : il n’aura pas part à la joie de demeurer dans la présence du Maître. Le talent qu’il avait reçu lui est retiré.

Dieu ne se repend pas de ses dons et de son appel. Tant que nous sommes en vie, il ne retirera pas ce qu’il nous a donné.

À la fin cependant, il prendra tout. Les maisons qui avaient été construites pour plusieurs qui n’arriveront pas au ciel seront données à d’autres – c’est un exemple qui illustre un peu le don qui est prix à l’un pour enrichir l’autre.

Si nous voulons grandir dans le domaine de notre appel, mettons-nous simplement à l’œuvre. Faisons quelque chose pour produire du fruit.

Demandons l’aide du Saint-Esprit. Désirons ardemment produire le fruit que Jésus recherche. S’il nous voit focaliser dans le domaine de notre appel, s’il entend nos cris dans la prière et qu’il voit notre sincérité à travers nos choix de vie, il enverra par son Esprit, une aide puissante.

Nous sommes nés pour manifester sa gloire. Nous sommes entrés dans ce monde avec des ressources que nous devons relâcher avant de sortir. Faisons donc ce que nous avons à faire.

Devoirs

Suivre Jésus
  • Lire Proverbes 3:15-17; Romains 11:29
  • Lire Jean 15
  • Que faisons-nous concrètement pour faire valoir ce qu’il a mis en nous ? Savons-nous ce que nous avons reçu ? Sur quel mur est adossé l’échelle que nous montons ?

Requêtes

  • Père, je te loue parce que tu ne me retires pas les ressources que tu m’as confiées. Si Satan m’a pris quoi que je sois, je prie que tu envoies tes anges récupérer ce que j’aurais perdu. Pardonne mon ignorance et vient à mon secours par Jésus.
  • Père, fais-moi connaître qui je suis et quelles sont les ressources que tu as mises en moi. Je ne veux pas arriver au bout de l’échelle pour me rendre compte qu’elle était adossé sur le mauvais mur.
  • Père, je ne veux pas perdre ma vie (gaspiller mes ressources) – montre-moi là où je fais mal afin que je change. Je veux faire ta volonté.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW