fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Mardi 18 Janvier 2022

Pensée: Plusieurs sont venus en leur propres noms ou au nom d’un dieu étranger. Jésus-Christ est venu comme l’accomplissement de la promesse faite par le Père dans le jardin d’Eden (Genèse 3:15). Celui qui rejette son œuvre se condamne à vivre l’éternité loin de la présence glorieuse de Dieu. Il appelle tous les hommes à revenir au modèle qui descend du ciel. Car le salut n’est pas possible autrement.

Note: Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Matthieu 21:14-27; LSG

« 14 Des aveugles et des boiteux s’approchèrent de lui dans le temple. Et il les guérit. 15 Mais les principaux sacrificateurs et les scribes furent indignés, à la vue des choses merveilleuses qu’il avait faites, et des enfants qui criaient dans le temple: Hosanna au Fils de David! 16 Ils lui dirent: Entends-tu ce qu’ils disent? Oui, leur répondit Jésus. N’avez-vous jamais lu ces paroles: Tu as tiré des louanges de la bouche des enfants et de ceux qui sont à la mamelle? 17 Et, les ayant laissés, il sortit de la ville pour aller à Béthanie, où il passa la nuit. »

Matthieu 21:14-17; LSG

C’est la volonté du Père de guérir et de délivrer ceux qui sont opprimés et/ou malades. Notre Dieu cherche continuellement comment intervenir dans la vie des gens qu’ils soient en difficultés ou pas. Il veut voir les hommes libres de toute chaine. Lorsqu’il trouve des hommes qui intercèdent (qui ouvrent des portails dimensionnels dans les situations), il peut entrer pour délivrer et pour guérir. Lorsqu’il ne trouve personne, il est limité. Il ne peut rien faire en dehors des limites de sa parole.

L’abondance des guérisons et des délivrances dans le ministère de Jésus montre que le Père a trouvé en Lui un canal disponible, un vase d’honneur. Jésus est l’expression de la compassion de Dieu envers tous ceux qui souffrent. Ses sentiments n’ont jamais changé. Il nous aime et il désire nous faire du bien.

Comment une personne normalement constituée peut-elle être indigné de voir les choses merveilleuses de Dieu – les aveugles et les boiteux sont guéris. Il est fort probable que ce sont les paroles des enfants qui scandalisent les principaux sacrificateurs et les scribes. En effet, ils donnent au rabbi qui n’a pas été reconnu comme le Messie attendu, les titres de ce Messie. Selon eux, Jésus ne devrait pas accepter qu’on l’appelle des titres qui appartiennent exclusivement au Messiach. Pourtant Jésus recevait ces titres et le louange de la foule et des enfants.

Jésus-Christ n’est pas un imposteur ou un blasphémateur. Il est vraiment le Fils de Dieu, le Fils de David, la Branche, le Sauveur d’Israël et du monde. Il n’y a sur la terre aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes par lequel on est sauvé.

« 18 Le matin, en retournant à la ville, il eut faim. 19 Voyant un figuier sur le chemin, il s’en approcha; mais il n’y trouva que des feuilles, et il lui dit: Que jamais fruit ne naisse de toi! Et à l’instant le figuier sécha. »

Matthieu 21:18-19; LSG

Marc ajoute la précision que la manifestation de la mort du figuier était visible le lendemain lorsque Jésus et ses disciples repassaient par là.

La Parole de Dieu a autorité sur toute chose. Elle est vivante et efficace, plus tranchante qu’une épée quelconque à double tranchant. La Parole de Dieu a créé les mondes. Elle a le pouvoir d’élever ou d’abaisser. Elle ramène les morts à la vie.

L’autorité dans le monde spirituel est fonction du pouvoir qui établit les choses qui sont déclarés. Lucifer et ses anges déchus établissent les choses que prononcent ceux qui leur appartiennent. Ils font des déclarations et décrets en rapport avec son image et sa gloire.

Yahweh est Celui qui nous inspire et qui établit les paroles que nous prononçons. Nous portons son image et sa gloire. Notre autorité vient de Celui qui se tient derrière la Parole que nous prononçons.
Gloire à Jésus, Celui qui est en nous est infiniment plus grand que le dieu de ce monde. Nous avons l’autorité de marcher sur les serpents et sur les scorpions. Par notre union avec Jésus, nous ne manquons de rien.

« 20 Les disciples, qui virent cela, furent étonnés, et dirent: Comment ce figuier est-il devenu sec en un instant? 21 Jésus leur répondit: Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi et que vous ne doutiez point, non seulement vous feriez ce qui a été fait à ce figuier, mais quand vous diriez à cette montagne: Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer, cela se ferait. 22 Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez. »

Matthieu 21:20-22; LSG

L’absence du doute est le point le plus important. Nous pouvons parler à la faune (poisson, cheval, mouton, etc) et à la flore (figuier, gazon, palmier, etc.). C’est par la Parole de Dieu que toutes ces choses sont venues à l’existence.

Jésus dit que nous pouvons faire au figuier ce qu’il a fait. Pourquoi ? Parce que la nouvelle création est de la même nature que Jésus. Si nous enlevons l doute de notre cœur, tout est possible. Notre limitation vient de la présence du doute dans notre cœur.

Et la volonté de Dieu alors ? Puis-je aller çà et là et donner des ordres à tout simplement pour me glorifier ? Non. On doit être conduits par l’Esprit de Dieu. C’est le désir de glorifier Jésus qui doit nous motiver.
Remarquons que ce n’est pas nous qui faisons l’action. Notre part se limite à commander au nom de Jésus et pour sa gloire. Une fois que nous avons fait notre part, nous attendons dans la foi que le Père envoie ses anges faire le travail.

Notre part c’est demeurer hors du doute en tout temps.
Celui qui veut demeurer hors du doute ferme les oreilles au naturel. Il se nourrit exclusivement de la parole de Dieu. Ne permettons pas aux autres choses de prendre place dans nos cœurs. Dès que nous considérons le témoignage du naturel, nous perdons le pieds, nous commençons à couler.
Apprenons à garder nos regards sur le Seigneur – les vents peuvent souffler, notre Dieu règne et nous sommes en sécurité en Lui. Sa Parole n’est pas la parole d’un homme.

« 23 Jésus se rendit dans le temple, et, pendant qu’il enseignait, les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple vinrent lui dire: Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t’a donné cette autorité? 24 Jésus leur répondit: Je vous adresserai aussi une question; et, si vous m’y répondez, je vous dirai par quelle autorité je fais ces choses. 25 Le baptême de Jean, d’où venait-il? du ciel, ou des hommes? Mais ils raisonnèrent ainsi entre eux; Si nous répondons: Du ciel, il nous dira: Pourquoi donc n’avez-vous pas cru en lui? 26 Et si nous répondons: Des hommes, nous avons à craindre la foule, car tous tiennent Jean pour un prophète. 27 Alors ils répondirent à Jésus: Nous ne savons. Et il leur dit à son tour: Moi non plus, je ne vous dirai pas par quelle autorité je fais ces choses. »

Matthieu 21:23-27; LSG

Les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple posent une excellente question à Jésus. Malheureusement, il y a fort à douter de leur sincérité. Ils auraient fait une démarche similaire à celle de Nicodème (voir Jean 3) s’ils étaient disposés à avancer advenant une confirmation de Yahweh que Jésus était vraiment de Messie.

La question de l’autorité par laquelle toute personne est importante. C’est pourquoi le Saint-Esprit nous donne une principe par lequel nous devons prendre la décision de suivre ou pas une personne : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. » 1 Corinthiens 11 :1; LSG. Nous n’avons pas le droit de suivre une personne qui n’agit pas par l’autorité de Jésus-Christ. Ce serait une marque de grande négligence. Car le risque encouru peut aller jusqu’à la perte de notre salut. Celui qui qui une personne qui viole clairement les Écritures, doit se repentir pendant qu’il est encore temps.

La question de l’autorité par laquelle Jésus agit est importante. Dès le début de son ministère il a répondu à cette question et partout où il allait, il disait clairement de qui il tenait son autorité : « 18 L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés, 19 Pour publier une année de grâce du Seigneur. » Luc 4 :18-19; LSG. C’est par l’autorité de Yahweh que Jésus agissait. Il a été choisi comme Sauveur des hommes. Celui qui ne le suit pas se condamne à mourir dans ses péchés.

Lorsque le Saint-Esprit s’adresse à nous par n’importe quel moyen (Écritures, visions, songes, anges, ses disciples, etc.) nous sommes mis en demeure de faire ce qu’il faut pour obtenir la confirmation et pour agir selon ce qu’il nous commande. Agir autrement serait pécher.

Jésus qui connaît le mauvais cœur des hommes qui l’interrogent dans l’espoir de le mettre en difficulté, leur pose la même question au sujet de Jean qui avait été reconnu par le peuple comme un prophète venu de Dieu. La logique ici est simple et ses opposants l’ont comprise : S’ils rejettent le ministère de Jean, ils courent le risque d’être pris à partie par la foule. S’ils répondent qu’il venait de Dieu, il leur demandera pourquoi ils ne l’ont pas écouté ? Car Jean a rendu témoignage que Jésus était le Messie. Ils choisissent de mentir. Ils sont pris à leur propre piège.

Ne soyons pas de ceux qui cherchent mille et une raisons pour ne pas obéir à la voix du Saint-Esprit. La venue de Jésus signifiait la fin d’un système qui ne servait plus les intérêts de Yahweh depuis longtemps. Les responsables religieux utilisaient le nom de Dieu pour leur gloire personnelle. Ils mangeaient les brebis au lieu de les nourrir. Ils étaient des mauvais bergers. Lorsque le

Père veut faire la correction qui s’impose en raison du changement de saison, ils refusent de le suivre. Jésus pleurera sur Israël parce qu’ils n’ont pas su reconnaître le temps où ils ont été visités. Ils étaient trop attachés à leur système au point de mépriser la nouvelle voie que le Père leur montrait.

Puissions par le Saint-Esprit, aller où l Père veut nous conduire. Il est jaloux de l’image qu’il a mise en nous. Pourquoi porterons l’image de l’adversaire ? Nous sommes sa possession. Il désire disposer de nous à son aise. Sa gloire c’est que nous portions l’image du ressuscité. Gloire à Dieu.

Rendons grâce au Saint-Esprit qui nous ouvre les yeux sur les choses que nous devons écarter de nos vies.

Devoirs

Suivre Jésus
  • Lire 3 Jean 1:2; Matthieu 4:23; 9:35;
  • Lire Ésaïe 35:1-5
  • Lire Psaume 8
  • Lire Philippiens 3:17; 1 Thessaloniciens 1:6; Éphésiens 5:1
  • Lire 2 Corinthiens 11:12-15 – Attention aux ouvriers trompeurs

Requêtes

Père, je veux aller où tu conduis, je suis ta possession.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW