fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du mardi 11/1/2022

Pensée: Notre Père ne désire pas la mort du pécheur. Ce qu’il désire c’est qu’il se repente et qu’il vive. Satan veut nous enfermer dans le cycle infernale de luttes, guerres, haines avec les hommes. Il veut nous voir aux mains des bourreaux.
Jésus nous apprend à gérer les offenses des hommes. Nous ne pouvons pas permettre aux situations de la vie de nous empoisonner, de nous tuer à petit feu de l’intérieur. Il y a un moyen de sortir des tourbillons de la haine et des luttes.

Note: Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Matthieu 18:21-35; LSG

21 Alors Pierre s’approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? 22 Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois.

Matthieu 18:21-22; LSG

Alors que nous aimons tenir un compte des fautes des personnes qui nous côtoient, Jésus par sa réponse nous invite à continuellement manifester la grâce. En effet, septante fois sept fois correspond à 490 fois.
Bien entendu cela est impossible à l’homme naturel. Les voies de Dieu et sa sagesse sont folie pour ceux qui ne sont pas de sa famille – l’homme naturel pense et agit de manière égocentrique, comme le diable son père. Il ne peut recevoir les choses de Dieu.

Pour celui qui est né de Dieu, la vie de Dieu le rend capable de penser et d’agir comme Dieu. Pour la nouvelle création, le pardon, la miséricorde, la paix, la joie, la force, … se manifestent naturellement parc que les choses anciennes sont passées et que toutes choses sont devenues nouvelles.

Passer par-dessus la faute de mon frère ne signifie pas que j’approuve ce qu’il a fait. Ce qu’il a fait est condamnable devant Dieu et devant les hommes, cependant, je choisis de ne pas lui donner ce que mérite son offense. Je renonce à mon droit de vengeance. Je dépose la personne qui m’a offensé sur l’autel de Jésus. Et je m’en remets à Lui pour me défendre.

Notre cœur est le portail spirituel par lequel transitent des choses (bénédictions ou malédictions) du monde spirituel dans nos vies. S’il est en communion avec Dieu parce que nous avons choisi de le garder de la propriété du diable (offense, colère, animosité, amertume, vengeance, haine, etc.) – nous pourrons y tirer des trésors. À contrario, nous virons calamités sur calamités.

Le pardon nous libère des pièges que Satan a jetés dans nos vies par les manipulations et manigances qu’il orchestre en utilisant les personnes que nous côtoyons.
Veillons sur notre marche. Et ne permettons pas à ses pièges de se refermer sur nos âmes.

23 C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. 24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. 25 Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée. 26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. 27 Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.

Matthieu 18:23-27; LSG

On ne s’en rend pas toujours compte; les actes que nous posons peuvent non seulement avoir des conséquences dramatiques sur nos vies, mais aussi sur celles de nos proches. Ceci est vrai à la fois dans les finances et dans le monde spirituel. Celui qui fait alliance avec l diable amène du trouble pour lui-même, sa femme, ses enfants, etc.

Qu’avons-nous hypothéqué ou vendu pour être là où nous sommes dans la vie aujourd’hui ? Avons-nous pris la pleine mesure des conséquences sur nos proches ?

Le roi use de grande miséricorde envers le serviteur qui lui devait dix milles talents. Il lui remet sa dette. Même vendus en esclavage toute la famille n’aurait pas remboursé le dixième de la somme due. Le serviteur avait besoin de la grâce du roi pour recommencer à vivre normalement.

28 Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois. 29 Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai. 30 Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait.

Matthieu 18:28-30; LSG

Un denier était le salaire journalier. Le compagnon du serviteur gracié lui doit la valeur de cent journées de travail. Soit une somme insignifiante en comparaison à la dette que le roi lui avait remise. Fermant les oreilles aux supplications de son ami, il le jette en prison jusqu’à ce qu’il ait tout payé sa dette.

La vraie nature d’un homme se révèle lorsqu’il est en position de pouvoir et d’autorité. Plusieurs sont pressé de faire subir aux autres les conséquences de leurs manquements. Ils disent vouloir leur donner une leçon. Ils pensent que traiter le pécheur avec miséricorde c’est l’encourager à persévérer dans ses mauvaises voies. Pourtant c’est sa miséricorde de Dieu amène le pécheur à la repentance.

31 Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. 32 Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié; 33 ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j’ai eu pitié de toi? 34Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait. 35 C’est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur.

Matthieu 18:31-35; LSG

En refusant de faire miséricorde à son compagnon, le serviteur gracié perd sa liberté. Il est livré aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait payé toute sa dette.

Le roi est l’image de Dieu. Chacun de nous est le serviteur incapable de payer notre dette auprès de Dieu le Juge Suprême. La nature du péché héritée d’Adam condamne tous les hommes à passer l’éternité enfer. Dans son amour, Dieu a donné Jésus-Christ par qui nous sommes libérés de notre dette.

Le compagnon représente toute personne qui nous a offensée. Ce que nous avons subi comme outrage est infiniment plus petit que ce que l’outrage que nous avons fait à Dieu. Et on ne parle pas d’actes de péché. Mais de la nature rebelle qui était en nous et qui nous condamnait à passer l’éternité en enfer.

Puisque le Père nous a accordé sa grâce lorsque nous nous sommes repentis, nous devons à notre tour pardonner à notre prochain quel que soit l’offense que nous avons subie.

Autrement, nous ne serons pas libres. Les bourreaux trouveront une porte pour entrer dans nos vies afin de nous tourmenter. Le pire c’est que nous n’entrerons pas au ciel.

Prenons au séreux Jésus lorsqu’il dit que le royaume des cieux est semblable à cette parabole.

Pardonner c’est fermer la porte aux bourreaux dans nos vies. C’est déjouer les pièges que Satan nous a tendus en se servant de notre prochain.

Gloire soit rendue à Dieu qui nous a donné sa nature. Nous sommes une nouvelle création. Nous savons puiser en Lui la miséricorde pour la répandre sur les autres.

Note : Nous n’avons pas à embrasser aveuglement celui qui nous a offensé. Laissons le Saint-Esprit établir les limites des rapports que nous entretenons avec les personnes difficiles. De toute façon, nous ne pouvons pas contrôler ce qu’elles font. Nous pouvons seulement nous contrôler par le Saint-Esprit.

Devoir

Suivre Jésus
  • Lire Romains 12:9-21
  • Lire Jean 8:1-11
    1. Quelle était la sanction pour les personnes coupables d’adultère ?
    2. Que dit Jésus aux pharisiens ? Pourquoi ?
    3. Que dit-il à la femme ? Pourquoi ?
    4. Quelle leçon pour nous ?
  • Lire Luc 19:1-10 –
    1. Comment comprendre que Jésus rend visite a chef des collecteurs d’impôts qui abusaient du peuple ?
    2. Qu’est-ce qui se passe dans la vie de Zachée ?
    3. Quelle leçon pour nous ?

Requête

Père, apprends-moi à vivre dans la foi par Jésus-Christ qui habite en moi. (Galates 2:20)

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW