fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation du Vendredi 02 septembre 2022 

Pensée :  Jésus a donné à l’Église le pouvoir de marcher sur les serpents et sur les scorpions et sur toute la puissance du diable. Par toutes sortes de prières, il nous engage à collaborer avec Jésus-Christ pour amener dans le monde son règne et sa gloire. Notre efficacité dans la prière s’accroîtra au fur et à mesure que nous mettrons en pratique le principe qui est abordé ici.

Note : Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

1 Jean 5 :13-15; LSG

« 13 Je vous ai écrit ces choses, afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu. »

1 Jean 5:13; LSG

Au sujet de la vie éternelle que nous avons en Jésus, le Saint-Esprit explique dans les Écritures qu’il est question de la vie de Dieu. En Dieu il n’y a pas de manque. En Lui c’est la Paix parce que toutes les parties ensemble sont réunies. Quel que soit le domaine que l’on considère, lorsqu’on l’examine, on le trouve rempli. Notre Dieu est rempli de toutes sortes de trésors, de richesses. Celui qui le trouve a trouvé TOUT ce qui lui manque.

En Jésus-Christ, le Père a donné aux hommes le privilège de recevoir gratuitement la plénitude de Dieu et grâces sur grâces.

Il y a une abondance infinie en Dieu. Il nous est impossible d’imaginer tandis que nous sommes dans ce corps mortel et limité, l’infinie richesse de sagesse, de connaissance, de bonté, etc., qui existent dans notre Dieu.

Ce que nous vivons présentement ne change pas cette vérité. Si nous sommes en Lui, nous sommes remplis de toutes sortes de bénédictions. Le Saint-Esprit montra aux disciples qui tendent l’oreille pour écouter en vue de mettre en pratique les lois de Dieu, le chemin de la vie véritable.

Puisqu’il est Celui qui prend ce qui est à Jésus pour nous le donner, il fera en sorte que nous soyons tel que Jésus est.

Nous pouvons vivre dans la paix parfaite qui vient de notre Dieu – la santé, la délivrance, l’amour romantique avec notre époux (se), la complicité avec les êtres que nous chérissons, la prospérité dans nos relations, dans nos affaires, bref la paix dans tous les domaines de nos vies est encore possible parce que l’Agneau de Dieu a été immolé.

À la croix, il a anéanti la puissance du diable qui est celui qui est à la manœuvre pour voler notre paix.

Satan n’a pas de puissance contre qui connaît son Dieu, qui se soumet au Saint-Esprit et lui résiste. Apprenons à lui faire entendre ce que nous avons appris de l’Esprit de Dieu au sujet de notre identité et au sujet de notre héritage. Il n’a pas le droit soit de retenir ou de limiter. Il n’a aucun droit.

Pourquoi permettre à Goliath de nous tenir en arrêt pendant quarante jours (temps de l’épreuve), lorsque nous savons ce qui s’est fait à la croix ? Note : si nous ignorons la relation qui existe entre la mort de Jésus à la croix et la vie abondante dont parle l’Esprit de Dieu, revenons dans les Écritures pour étudier.

Si nous ne sommes pas convaincus que nous avons droit à la paix et que le destructeur n’a aucun fondement légal qui soutient ses actions, nous ne lui résisterons pas avec détermination. Or c’est la résistance au diable avec force et détermination, qui concourent à le mettre en fuite.

Les anges de l’Éternel des armées célestes se sont levés pour frapper Goliath lorsque David a couru vers lui au nom de l’Éternel et qu’il lui a lancé la pierre (avec sa fronde).

Que faisons-nous concrètement pour détruire les œuvres du diable dans nos vies ? La délivrance n’est certainement pas dans l’apitoiement sur soi. Décidons de faire ce que dit l’Esprit de Dieu. Il faut se lever contre ceux qui nous agressent. Bien entendu notre combat n’est pas contre la chair et le sang, mais contre Satan et ses agents.

Souvenons-nous, nous avons la victoire; nous ne la cherchons pas. Nous l’établissons partout où le rebelle a édifié un autel à sa gloire. Dieu nous appelle à détruire les œuvres du diable exactement comme Jésus le faisait lorsqu’il a marché sur la terre comme notre modèle.

« 14 Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. 15 Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée. »

1 Jean 5:14-15; LSG

Assurance : parrésia – confiance libre et sans crainte, courage joyeux, audace. Celui qui a cette assurance n’éprouve pas la honte en présence de Dieu. Il sait qu’il est fils de Dieu et qu’il fait partie de sa maison.

La volonté de Dieu est clairement exposée dans les Écritures. Son Esprit nous fait connaître de la Genèse à l’Apocalypse les choses qui sont proches du cœur de Dieu.

Les versets qui précèdent exposent un principe fondamental de la prière qui obtient des résultats :

  1. La connaissance de sa volonté – prendre le temps qu’il faut pour découvrir la volonté de Dieu pour le domaine qui nous intéresse. Le lépreux qui approche Jésus n’avait aucun doute sur sa capacité à guérir toute maladie. En revanche il n’était pas sûr qu’il remplissait les critères de ceux vers qui Jésus allait. Il est impossible d’exercer la foi là où la volonté de Dieu n’est pas connue.
  2. Savoir qu’il nous écoute. Plusieurs n’ont pas confiance en leurs prières. Pour toutes sortes de raisons, ils pensent que le Père ne les écoute plus. Ils considèrent leurs faiblesses et accordent de l’importance aux accusations du diable. Conséquemment, ils n’osent pas s’adresser personnellement au Père. S’ils le font, ils n’ont pas la certitude d’être écoutés. Il n’y a pas de condamnation pour celui qui est en Jésus (Romains 8 :1). Plaçons-nous en Lui et demeurons en Lui. Satan est un menteur.
  3. Demander ce que nous désirons 4) Croire que nous avons ce que nous avons demandé.

La foi est présente. Elle est différente de l’espérance ou de l’assentiment intellectuel. Si nous parlons de la chose que nous avons demandée au futur, nous ne sommes pas encore dans la foi. La foi parle au présent : Je suis guéri, je suis délivré, j’ai un travail, etc.

Au sujet des promesses de Dieu qui sont dans la rédemption, le Saint-Esprit parle très souvent au passé. Il dit par exemple que par ses meurtrissures nous avons été guéris (1 Pierre 2 :24). Ainsi, la douleur dans notre corps ne change pas ce que Jésus a fait. 5) Rendre grâce à Dieu pour la chose qu’il nous a donnée.

Dieu est Amour. Il ne retient rien de ce qui nous est nécessaire pour courir efficacement la course qu’il a mise devant nous. Sa gloire c’est que suivant l’exemple de Jésus nous détruisions les œuvres du diable et que nous établissions le règne et la justice de Dieu partout où il nous envoie.

Nous sommes créés pour régner par le Saint-Esprit qui habite en nous. Nous avons le privilège de voir s’établir en nous et autour de nous les bénéfices de l’œuvre de la croix. Gloire à Dieu.

Devoir 

  • Lire Jean 10 :10; Luc 10 :19; Actes 10 :38; Marc 16 :15-20 – Le chrétien règne avec Jésus
  • Lire Mattieu 7 :7-11 – Dieu nous révèle les dimensions de la prière
  • Lire Jean 3 :16 – a vie éternelle c’est la paix dans tous les domaines de notre vie
  • Lire Romains 6 :12-15 – aucune œuvre du diable ne doit régner sur nous

Requêtes

Père, au nom de Jésus, enseigne-moi les principes de la prière qui transforme les situations. Je veux voir ta gloire dans ma vie et dans celles des personnes qui sont opprimées par le diable.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW