fr French
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germaniw Hebrewhi Hindiit Italianja Japaneseko Koreanne Nepalifa Persianpt Portugueseru Russianes Spanishtr Turkish

Méditation de Jeudi 03 Mars 2022

Pensée: Il ne nous est pas permis de condamner nos frères. Dieu est le SEUL Juge. Nous avons le devoir de condamner le péché mais jamais notre prochain. Nous avons le devoir de travailler à le ramener, mais nous ne pouvons pas nous substituer au Saint-Esprit. C’est l’Esprit de Dieu qui convainc. Il est Celui qui change les cœurs de pierre en cœur de chair.
Il est le Maître de l’histoire des hommes. Nous ne pouvons rien faire de durable et de vraiment bénéfique en dehors de notre Dieu. Apprenons à demeurer en lui pour porter des fruits qui demeureront jusque dans l’éternité.

Note: Prendre le temps de lire le texte en entier, avant de passer à la section Étude.

Étude

Jacques 4:11-17; LSG

« 11 Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d’un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n’es pas observateur de la loi, mais tu en es juge. 12 Un seul est législateur et juge, c’est celui qui peut sauver et perdre; mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain? »

Jacques 4:11-12; LSG

Si nous avions une meilleure compréhension des principes spirituels proclamés par la Parole de Dieu, nous ne serions pas piégés ou vaincus dans la vie. C’est l’ignorance qui est la première raison de nos problèmes.

Combien parmi nous savent que dire du mal de son frère ou bien le juger (condamner) équivaut à dire du mal de la loi et aussi à juger la loi de Dieu ? Comment est-ce possible ?

Le Saint-Esprit donne l’explication suivante : en agissant contre la loi de Dieu, nous quittons la place d’observateurs pour prendre celle de celui qui corrige Dieu.

En effet, dans les Écritures il nous a fait connaitre ce qui est bien afin que nous marchions selon ses voies. Il a exposé en détail ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louanges. Il nous a commandé de marcher selon sa Parole. Lors donc que nous marchons contre elle, nous déclarons que sa parole n’est pas parfaite. Nous proposons une autre voie. Nous nous érigeons en juges de la loi de Dieu.

Présenté ainsi, chacun de nous peut voir la gravité de suivre nos propres voies. Lorsque le Père nous commande de ne pas juger nos frères, ou dire du ml d’eux c’est pour notre bien. La condamnation du pécheur appartient à Dieu SEUL. Si nous voulons aider notre prochain à progresser, montrons-lui l’amour de Dieu, prions pour lui, donnons-lui la main. Passons par-dessus ses fautes. Combien de fois disait Pierre ? Le Seigneur a répondu « soixante-dix fois sept fois ».

Il y a dans le ton du Saint-Esprit une marque de sévérité. Il s’indigne contre toute personne qui s’érige en juge des autres : « […] mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain? » (Verset 12). C’est une invitation à descendre de notre grand cheval – nous qui pensions être les guides des aveugles; nous qui pensions pouvoir condamner les autres. Nous qui nous sommes laissés aveuglés par notre folie.

UN SEUL EST JUGE. Et, LUI SEUL a le pouvoir de condamner.

Si l’amour demande que nous allions vers notre prochain lorsqu’il a pêché pour tenter de le ramener, nous n’avons pas reçu le mandat de prononcer un jugement de condamnation contre sa vie. Cette prérogative appartient à Jésus. C’est Lui le Grand Berger des brebis. C’est Lui qui apposera la mention finale sur nos vies.

Montrons envers nos frères qui tombent de la compassion. S’ils sont tombés, ils peuvent se relever. Dieu travaille à les relever. Prions et faisons tout ce que recommandent les Écritures et mettons-nous de côté afin le Saint-Esprit fasse le reste du travail.

La puissance qui transforme le cœur de l’homme n’est pas de ce monde. Ne nous trompons donc pas sur l’impact réel de nos argumentations. C’est le Saint-Esprit qui convainc; et qui arrache les hommes des griffes du diable.

Marchons par l’Esprit et non par la chair. Et voyons Dieu glorifier le nom de Jésus-Christ.

« 13 A vous maintenant, qui dites: Aujourd’hui ou demain nous irons dans telle ville, nous y passerons une année, nous trafiquerons, et nous gagnerons! 14 Vous qui ne savez pas ce qui arrivera demain! car, qu’est-ce que votre vie? Vous êtes une vapeur qui parait pour un peu de temps, et qui ensuite disparait. 15 Vous devriez dire, au contraire: Si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela. 16 Mais maintenant vous vous glorifiez dans vos pensées orgueilleuses. C’est une chose mauvaise que de se glorifier de la sorte. »

Jacques 4:13-16; LSG

L’homme n’est pas le maitre de son destin. Il ne sait même pas pourquoi il se lève le matin après une longue nuit de sommeil. C’est la fidélité de Dieu qui conduit nos vies à partir du moment où il tisse notre tente dans le sein de nos mères jusqu’au jour où il nous rappelle la terre.

Nous sommes entièrement dépendants de la bonté de Dieu. Il est notre Source. Si nous sommes, si nous marchons, c’est par la force qu’il nous donne.

Personne de sensé ne peut donc parler de sa vie, comme si elle dépendait de lui-même. Plusieurs, malheureusement dans le monde, parlent de leur vie comme si elle était le produit de leurs efforts acharnés.

Le Saint-Esprit nous met en garde contre cette dérive qui est encore l’expression de l’orgueil et de la folie des hommes.
Si l’Éternel n’est pas Celui qui bâtit la maison, ceux qui travaillent le font en vain. Ils érigent quelque chose qui n’aura aucun impact dans l’Éternité. Car Yahweh renversera encore les constructions qui suivent l’esprit et le modèle de Babel.

Babel est la marque de la rébellion contre notre Dieu.

Pourquoi le siège du parlement européen à Strasbourg, en Belgique, a-t-il été bâti suivant l’architecture de la tour de Babel détruite ? Se pourrait-il que les hommes aient choisi de continuer à lutter contre notre Dieu et son Oint ? Fermons cette parenthèse.

Il n’y a pas de succès en dehors de la soumission à Dieu. Lorsque nous planifions notre vie, nous devons le faire sous la couverture de son Esprit. Si nous avons compris qui nous sommes, comme Abraham et tous ceux qui nous ont précédés, nous ferons seulement les choses qu’il a préparées d’avance. Nous rechercherons celles qui sont écrites dans le ciel.

Jésus a recherché les œuvres planifiées par le Père afin de les accomplir toutes. À la croix il peut s’écrier « Tout est accompli ». Puisse chacun de nous dire au moment de notre grand départ « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé. La course… »; « Père, j’ai fait TOUT ce que tu m’as confié… » – c’est là une de ma plus grande quête après la connaissance de Dieu et la connaissance de Jésus-Christ. Ne sommes-nous pas entrés dans ce monde pour accomplir ses desseins ?

Celui qui est conscient de ces choses fera tout par Jésus et pour sa gloire.

« 17 Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché. »

Jacques 4:17; LSG

Lorsque le Saint-Esprit nous fait connaitre la vérité, nous sommes dans l’obligation de marcher à la lumière de ce qu’il nous a fait connaitre.

Tout chrétien est prisonnier des choses que le Père Lui a fait connaitre. Comment agir selon notre propre volonté quand le Père nous a révélé la sienne ? Comment continuer à faire comme les gens du monde, lorsque le Père nous a mis à part ?

Voici pourquoi Jésus a dit que celui qui a reçu plus de lumière sera jugé plus sévèrement. En effet, si après avoir entendu la parole de Dieu nous continuons de faire ce que bon nous semble, nous nous érigeons en juges de la Parole de Dieu au lieu de garder la place d’observateur (celui qui met en pratique.)

Mettons en pratique la Parole de notre Dieu. Le succès passe par l’obéissance à ce qu’il révèle. Gloire à Jésus.

Devoirs

Suivre Jésus
  • Lire Romains 14:1-5
  • Lire 1 Pierre 2:1-2
  • Lire Matthieu 18:15-18
  • Lire Psaume 127

Requêtes

Père, bâtis l’édifice que tu m’as confié. Je veux voir ton règne et ta gloire.

NB: N’oublie pas que notre soutien est la Justice de notre Seigneur Jésus-Christ. (2 Corinthiens 5:21)

Partagez

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ImmersionRhema

FREE
VIEW